Dîners clandestins à Paris : l'affaire des soirées organisées par Pierre-Jean Chalençon en six actes

La diffusion, par M6, d'un reportage sur de luxueux dîners clandestins organisés dans la capitale a fait polémique après que l'un de ses organisateurs présumés, Pierre-Jean Chalençon, a affirmé que des ministres y avaient participé, avant de se rétracter. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 6 min.
Le collectionneur Pierre-Jean Chalençon à Paris, le 13 octobre 2014. (DAMIEN GRENON / AFP)

La polémique est née vendredi 2 avril, après la diffusion d'un reportage de M6 sur des dîners clandestins organisés à Paris. Après avoir affirmé que des ministres y avaient participé, le collectionneur Pierre-Jean Chalençon, l'organisateur présumé d'un dîner au Palais Vivienne, le 1er avril, est revenu sur cette affirmation, poussant également plusieurs membres du gouvernement à la démentir. Il s'agit d'un "énorme poisson d'avril" selon l'homme de 51 ans au cœur de cette affaire, désormais entre les mains de la justice. Franceinfo en retrace le fil en cinq actes.

1Un reportage de M6 sur des dîners clandestins sème le doute sur la présence de ministres

Vendredi 2 avril. Le journal télévisé de M6 diffuse un sujet sur de luxueux dîners clandestins organisés à Paris, en pleine pandémie de Covid-19 et alors que tous les restaurants sont fermés. Le reportage présente deux séquences : des dîners pour un public aisé dans un immeuble parisien, que la journaliste filme en caméra cachée, ainsi qu'un dîner organisé dans un prestigieux lieu de la capitale, finalement identifié comme le Palais Vivienne, un hôtel particulier dédié à l'événementiel.

Le reportage décrit "une quarantaine de convives, sans masque" et des dîners dont les menus affichent une addition à plusieurs centaines d'euros pour le second extrait. L'organisateur supposé, présenté comme "collectionneur", affirme avoir "dîné cette semaine dans deux ou trois restaurants qui sont soi-disant des restos clandestins, avec un certain nombre de ministres". L'hôte de la soirée est finalement identifié : il s'agit de Pierre-Jean Chalençon, homme d'affaires de 51 ans et propriétaire du Palais Vivienne (dans le 2e arrondissement de Paris), où il aurait organisé un grand dîner en compagnie du restaurateur Christophe Leroy, le 1er avril, la veille du sujet diffusé par M6.

2Gérald Darmanin annonce saisir le préfet pour vérifier l'exactitude des faits rapportés

Deux jours que l'affaire agite le monde politique et médiatique. Le gouvernement monte au front dimanche 4 avril, alors que des ministres sont soupçonnés d'avoir participé à des dîners clandestins : le ministre de l'Economie Bruno Le Maire assure, sur RTL, que "tous les ministres, sans exception, respectent la règle". Le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal, interrogé par LCI, n'y croit "pas une seconde", tandis que la ministre déléguée chargée de la Citoyenneté, Marlène Schiappa, estime sur CNews que les ministres et députés présents dans de tels établissements devraient être "pénalisés comme n'importe quel citoyen" si les faits étaient avérés.

Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin annonce de son côté qu'il saisit le préfet de police de Paris pour "vérifier l'exactitude des faits rapportés afin, s'ils sont vérifiés, de poursuivre les organisateurs et les participants de ces dîners clandestins". Le procureur de la République de Paris, Rémy Heitz, ouvre dans la foulée une enquête pénale pour "mise en danger d'autrui" et "travail dissimulé".

Plus tard dans la soirée du dimanche 4 avril, l'avocat de Pierre-Jean Chalençon, Jean-Luc Chetboun, tente d'éteindre l'incendie et transmet à l'AFP un communiqué dans lequel son client explique qu'il faisait seulement de "l'humour" et maniait "le sens de l'absurde" en assurant que des ministres participaient à de tels repas. S'il se rétracte sur la présence de ministres à ces dîners clandestins, Pierre-Jean Chalençon confirme être le fameux collectionneur interrogé par M6.

3Gabriel Attal, invité par Pierre-Jean Chalençon, dément connaître le collectionneur 

Mardi 6 avril. Un entretien du propriétaire du Palais Vivienne, diffusé sur YouTube (à 2'10'') et daté du 1er février, relance la polémique. Pierre-Jean Chalençon y évoque son intention de lancer une forme de société ouvrant droit, deux fois par mois, à des "déjeuners ou dîners" avec le chef Christophe Leroy. Il confie notamment que Gabriel Attal "doit d'ailleurs venir dîner prochainement" au Palais Vivienne.

Si le porte-parole du gouvernement affirme, le mardi matin sur France 2, avoir "découvert cette invitation avec cette vidéo" et n'avoir "jamais rencontré cette personne", la réponse de Marlène Schiappa dans la foulée sur franceinfo relance la polémique. Invitée du 8h30 de franceinfo, la ministre déléguée à la Citoyenneté explique que le porte-parole a bien été invité par Pierre-Jean Chalençon. "Il y a effectivement eu une invitation et Gabriel Attal l'a refusée fermement", déclare Marlène Schiappa. De son côté, le collectionneur évoque un "énorme poisson d’avril" sur BFMTV, et dément être l'organisateur de luxueuses soirées clandestines à Paris.

4 La société des journalistes de M6 évoque la présence d'un ministre à l'un de ces dîners

De son côté, la rédaction de M6 n'infirme pas les propos de Pierre-Jean Chalençon. Dans un communiqué publié mardi 6 avril, la Société des journalistes (SDJ) de la chaîne maintient son information sur la présence d'un ministre à ces dîners clandestins. "D'autres sources nous ont confirmé en 'off' la présence d'au moins un membre du gouvernement à un de ces dîners. Nous poursuivons nos investigations à ce sujet", explique le communiqué. La SDJ de M6 se paie au passage Pierre-Jean Chalençon, "qui n'en est pas à une contradiction près".

5Gabriel Attal précise qu'il "n'avait pas connaissance" d'une invitation à un dîner

Gabriel Attal a-t-il refusé l'invitation de Pierre-Jean Chalençon, comme l'affirmait mardi Marlène Schiappa ? Son entourage, joint par franceinfo mercredi 7 avril, explique que le porte-parole "n'avait pas connaissance" d'une invitation à un dîner clandestin et évoque "une rumeur infondée". "Gabriel Attal confirme, une nouvelle fois, ne pas connaître monsieur Chalençon, n'avoir jamais échangé avec lui, n'avoir jamais dîné avec lui, ni évidemment dans aucun restaurant clandestin", précise son entourage, qui évoque "une invitation adressée par texto à un conseiller du ministre il y a plus de deux mois (...), évidemment déclinée par le conseiller en question".

Une information confirmée par Pierre-Jean Chalençon. Sur RMC, le collectionneur déclare qu'il ne "connaît pas" Gabriel Attal, mais quelqu'un de son entourage, et sort à nouveau la carte de l'humour. "J'aurais pu aussi dire que je dînais avec des Martiens !", lance-t-il sur le plateau des "Grandes Gueules".

6Franck Riester dément à son tour avoir participé à un dîner clandestin

Franck Riester est-il "l'homme politique avec des cheveux gris" du dîner clandestin organisé au Palais Vivienne, le 1er avril ? Caché derrière un masque, des lunettes de soleil et une casquette noire, Bruno, un homme se présentant comme serveur lors de la soirée au Palais Vivienne, explique mercredi 7 avril, sur le plateau de l'émission "Touche pas à mon poste" sur C8 avoir croisé un "homme politique" lors de cette soirée, sans donner de nom.

La polémique est relancée. Le nom de Franck Riester, ministre délégué chargé du Commerce extérieur et de l'Attractivité, revient avec insistance, ce qui l'oblige à démentir sur Twitter : "Je vois mon nom associé ici et là à la polémique qui entoure la tenue de dîners clandestins. Ces rumeurs sont totalement fausses et choquantes. Je les démens formellement. Restons mobilisés pour combattre ensemble le virus." 

Dans le même temps, le domicile parisien de Christophe Leroy, soupçonné d’être le cuisinier du repas au Palais Vivienne, est perquisitionné. Jeudi, par la voix de son avocat, le chef a affirmé qu'aucun ministre n'avait participé à ces repas.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.