Dépistage massif au Covid-19 :  le syndicat des biologistes pense pouvoir traiter entre "deux et trois millions de personnes"

François Blanchecotte, le président de ce syndicat, explique que les laboratoires doivent "rendre les résultats en 24h à 48h maximum".

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
François Blanchecotte, le 30 octobre 2020, à Chambray-les-Tours. (JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP)

Les premières campagnes de dépistage massif au Covid-19 débutent lundi 14 décembre au Havre et à Charleville-Mézières. Sur la base du volontariat, les habitants de ces deux villes vont pouvoir bénéficier de tests antigénique ou PCR.

>> DIRECT. Covid-19 : les campagnes de dépistage massif commencent ce lundi au Havre et à Charleville-Mézières

"Nous prendrons les gens que nous pouvons prendre pour rendre les résultats" dans les délais demandés, soit entre "24 heures à 48 heures maximum", a expliqué sur franceinfo François Blanchecotte, président du syndicat des biologistes.

franceinfo : Trouvez-vous cette opération utile ?

François Blanchecotte : C'est quelque chose que l'on avait évoqué au mois de juillet, de dépister de grandes populations. Là, on voit l'hésitation des gens. On voit sur des villes qu'on a déjà faite de 3 000 à 5 000 habitants qu'on a à peu près un tiers des patients qui viennent. C'est vrai qu'il y a un peu une défiance et comme ce sont des tests antigéniques il est possible de passer à côté de personnes positives. Moi j'attends avec impatience le nombre de personne qui viendront. Les sondages sur Roubaix et Lyon parlent de 15% à 20% de la population.

Va-t-on apprendre des choses que le virus qu'on ne connaît pas encore ?

On a fait le point avec Jean-François Delfraissy, le président du Conseil scientifique. On a beaucoup de choses que l'on sait et je pense qu'on n'apprendra pas grand-chose de ces tests-là si ce n'est d'autres foyers, d'autres clusters, d'autres gens positifs. Mais l'important c'est le traçage. Une fois que vous avez quelqu'un de positif, il faut faire le tour de toutes les personnes qu'il a pu rencontrer et c'est ce qu'on a essayé de faire depuis le 11 mai.

Est-ce que la demande de tests à augmenter avant les fêtes ?

On a plutôt des Français qui veulent prendre l'avion. Les laboratoires se sont préparés à une demande de tests plus importante. Ils ont agrandi les plages, il y a plus de lieux d'ouverture, plus de personnels mobilisés, mais pour le moment ce n'est pas une chose qui se manifeste cette semaine. On a peur que ça se manifeste deux, trois jours avant Noël.

Craignez-vous des files d'attente massives et un délai plus long pour les résultats ?

Les files d'attente ont lieu partout, c'est une question de personnes par mètre carré qu'on rentre dans les laboratoires. D'autre part, il y a un arrêté qui est sorti dimanche et qui nous demande de rendre les résultats en 24h à 48h maximum, au-delà ils ne seront plus remboursés. Cela veut dire que si vous prenez quelqu'un, vous devez rendre les résultats dans ces délais. Nous y parviendront dans la mesure où nous prendrons les gens que nous pouvons prendre pour rendre les résultats dans ces délais. On ne va pas prendre des millions de personnes. Je pense qu'on peut faire entre deux et trois millions de personnes.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.