Cet article date de plus d'un an.

Crise sanitaire : 65% des Français pensent que les médecins et professionnels de santé devront travailler différemment à l'avenir

Selon les résultats du sondage Odoxa-nehs pour franceinfo et Le Figaro Santé, près des deux tiers des Français estiment que la pandémie aura des conséquences sur le fonctionnement des professions médicales.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Un médecin généraliste dans son cabinet portant un masque de protection. Illustration. (VINCENT ISORE / MAXPPP)

65% des Français pensent que la crise sanitaire va changer la façon dont les médecins et professionnels de santé travailleront à l'avenir, selon les résultats du sondage Odoxa-nehs pour franceinfo et Le Figaro Santé publiés mardi 21 juillet, autour du retour à la "vie normale" après la crise sanitaire liée au Covid-19. 

La télémédecine incarne l'avenir, selon les Français

Parmi les Français sondés, 59% des médecins pensent que la crise va modifier leur manière de travailler, contre seulement 37% des infirmières. L'un des principaux changements pointés du doigt est l'avènement de la télémédecine, qui constitue "le principal changement anticipé pour l'avenir" par 52% des Français - dont 79% des médecins et 75% des infirmier(e)s.  

Les soignants soulignent notamment la solidarité au sein du corps médical, puisqu'un(e) infirmier(e) sur 10 (61%) et plus de 8 médecins sur 10 ont vu des médecins spécialistes venir prêter main forte au sein des unités Covid pendant la crise.  

Alors que le gouvernement doit dévoiler mardi 21 juillet une série de mesures "restructurantes" sur l'organisation et la gouvernance du système de soins, pour clôturer le "Ségur de la santé", 63% des Français affirment que "les relations hiérarchiques entre les soignants" ont évolué, et sont désormais "plus souples et moins pesantes qu'auparavant". Un avis partagé par la majorité des médecins (55%), mais pas du tout par les infirmier(e)s, qui sont plus de 7 sur 10 (73%) à penser le contraire.  

La crise a permis d'améliorer la relation patients-soignants

Concernant les relations patients-soignants, celles-ci se sont améliorées pour un Français sur deux (51%), tandis que 10% d'entre eux pensent au contraire que le lien entre les patients et les soignants s'est détérioré. Les 38% de Français restant estiment quant à eux que rien n'a changé à ce niveau-là.  

Cette enquête Odoxa-nehs pour franceinfo et Le Figaro Santé a été réalisée par internet sur un échantillon de 2 010 personnes représentatif de la population française, âgées de 18 ans et plus, dont 1687 patients, 254 médecins et 248 infirmier(e)s. Les trois enquêtes ont eu lieu entre le 24 juin et le 3 juillet 2020.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Confinement

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.