Covid-19 : qu'avez-vous le droit de faire en avril avec les nouvelles règles de confinement ?

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min.
Des gendarmes contrôlent des automobilistes durant le couvre-feu, le 27 mars 2021, à Isques, dans le Pas-de-Calais. (MAXPPP)

L'ensemble des départements hexagonaux est désormais soumis aux mêmes règles, quasiment identiques à celles qui s'appliquaient jusqu'ici dans 19 départements.

Tout l'Hexagone logé à la même enseigne. Emmanuel Macron a annoncé, mercredi 31 mars, que les règles jusque-là en vigueur dans les 19 départements en vigilance renforcée seraient "étendues à tout le territoire métropolitain dès ce samedi soir et pour quatre semaines", soit jusqu'au samedi 1er mai. Ce passage d'une logique territorialisée à une logique nationale tient au fait que, "partout, le virus circule vite, de plus en plus vite, et partout les hospitalisations augmentent", a justifié le chef de l'Etat. 

>> Retrouvez les dernières infos sur l'épidémie de Covid-19 dans notre direct

Que vous vous apprêtiez à découvrir ces restrictions ou que vous ayez besoin d'une piqûre de rappel, voici les règles qui vont rythmer le mois d'avril.

En soirée et la nuit, des sorties conditionnées à un motif dérogatoire

Dispositif désormais bien connu de tous, "le couvre-feu à 19 heures sera maintenu partout", a d'emblée souligné Emmanuel Macron. De 19 heures à 6 heures, aucune sortie n'est autorisée en dehors des huit motifs dérogatoires mentionnés sur les attestations à présenter en cas de contrôle aux forces de l'ordre : "activité professionnelle, enseignement et formation", "consultations et soins", "motif familial impérieux, personnes vulnérables ou précaires ou gardes d'enfants", "situation de handicap", "convocation judiciaire ou administrative", "mission d'intérêt général", "déplacements de transit et longue distance" et "animaux de compagnie".

En journée, des sorties illimitées dans un rayon de 10 km autour de chez soi

Entre 6 heures et 19 heures, chacun est autorisé à circuler librement dans l'espace public à condition de ne pas s'éloigner de plus de 10 km de son lieu de résidence à vol d'oiseau. Contrairement aux confinements de 2020, ces sorties en extérieur sont autorisées "sans aucune limitation de durée", comme l'avait annoncé Jean Castex le 18 mars. En cas de contrôle, la présentation d'une attestation n'est pas nécessaire : une pièce d'identité ou tout autre justificatif de domicile fait l'affaire. A défaut, vous devez remplir une attestation. 

Des déplacements de plus de 10 km sous conditions

Si vous souhaitez vous aventurer au-delà d'un rayon de 10 km en journée, il vous faut vous munir d'une attestation de déplacement dérogatoire dûment remplie (pdf). Voici les motifs vous permettant de circuler à l'intérieur de votre département ou dans les secteurs d'un département voisin situés à moins de 30 km de chez vous : "achats", "accompagnement des enfants à l'école", "établissement culturel ou lieu de culte", "démarches administratives ou juridiques". Vous pouvez aussi vous déplacer sans limitation de distance en cochant les motifs suivants : "activité professionnelle, enseignement et formation, mission d'intérêt général", "santé (consultations et soins)", "motif familial impérieux, personnes vulnérables ou précaires ou gardes d'enfants", "situation de handicap", "convocation judiciaire ou administrative", "déménagement" et "déplacement de transit vers les gares et les aéroports".

Des rencontres en petit comité en extérieur

Soucieux de freiner le virus "sans enfermer" les Français, l'exécutif incite ces derniers à privilégier les rencontres en extérieur, tout en respectant certaines règles. Les rassemblements dans l'espace public doivent être limités à six personnes, avec quelques exceptions (familles nombreuses, enterrements, manifestations déclarées, cérémonies publiques, activités professionnelles, activités sportives encadrées, transports).

Nouveauté de ce mois d'avril : la vente d'alcool sur la voie publique, notamment dans les parcs et devant les bars, n'est plus autorisée. La consommation d'alcool sur la voie publique reste autorisée, sauf arrêté préfectoral contraire. C'est le cas notamment à Paris, sur les berges de Seine et aux abords du canal Saint-Martin. D'autres villes ont pris des mesures similaires. En cas de débordement, les préfets pourront également décider de la fermeture de lieux propices à la consommation d'alcool, comme les parcs, les quais, etc.

A l'approche de Pâques et, dès la mi-avril, du ramadan, Emmanuel Macron appelle les Français, comme pour Noël, à "éviter les rassemblements privés, les fêtes avec les amis, la famille, les proches", surtout chez soi. Il s'agit d'une recommandation et non d'une interdiction, l'exécutif n'ayant pas les moyens juridiques d'imposer un nombre maximum de convives dans les domiciles. Le gouvernement en est réduit à compter sur la responsabilité de chacun, avec des slogans comme "Dedans avec les miens, dehors en citoyen" ou "Chacun chez soi, ou alors dehors".

Des achats dans un nombre réduit de commerces

Envie d'acheter des sandales ou un jouet pour le petit dernier ? Impossible d'entrer en boutique. Seuls peuvent rester ouverts les commerces jugés "essentiels", notamment alimentaires, automobiles ou encore informatiques. La liste, disponible sur le site service-public, a été élargie par rapport aux confinements de 2020, permettant notamment aux coiffeurs, aux libraires, aux disquaires et aux fleuristes de continuer à accueillir des clients, selon Bercy. Les autres commerces souhaitant maintenir une activité doivent se contenter de la livraison ou du "click and collect". L'extension de cette mesure à l'ensemble du territoire va faire passer le nombre d'établissements fermés de 90 000 à 150 000, estime le ministère de l'Economie.

Des voyages tolérés pendant le week-end de Pâques

"Nos concitoyens qui souhaitent changer de région pour aller s’isoler pourront le faire durant ce week-end de Pâques", a fait savoir Emmanuel Macron. Cette tolérance "s'achève lundi soir", soit le 5 avril à 19 heures, selon le ministère de l'Intérieur, qui précise qu'elle "ne concerne que les déplacements en journée, pour aller passer les prochaines semaines dans un lieu de son choix". Les règles du couvre-feu resteront ainsi valables durant ce week-end.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.