Covid-19 : Olivier Véran plaide pour un allègement des mesures sanitaires "territoire par territoire"

Dans une interview au "Télégramme", le ministre de la Santé se dit ouvert à une levée des "contraintes" sanitaires en fonction de la "situation épidémique de chaque territoire".

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le ministre de la Santé, Olivier Véran, à l'Assemblée nationale, le 13 avril 2021.  (ANTONIN BURAT / HANS LUCAS / AFP)

Vers un déconfinement territorialisé ? Olivier Véran s'est dit favorable à une approche "territoire par territoire dans la levée des mesures de freinage" de l'épidémie de Covid-19. "Lorsqu'on envisage de lever un certain nombre de contraintes, il faut regarder la situation épidémique dans chaque territoire, la situation hospitalière et, de façon générale, le niveau de saturation des hôpitaux en France", a expliqué le ministre de la Santé dans une interview au Télégramme, mise en ligne lundi 19 avril.

>> Covid-19 : suivez les dernières informations sur la pandémie en direct

Olivier Véran évoque par ailleurs "une décroissance de l'épidémie" observée depuis cinq jours, même si cette décrue reste "fragile""Il y a moins de nouveaux cas quotidiens, ajoute le ministre, on était monté à 40 000, on est aujourd'hui aux alentours de 33 000 cas chaque jour en moyenne".

"La descente n'est pas suffisamment rapide"

Dans un contexte où le niveau de l'épidémie est "toujours à un niveau très élevé et la descente n'est pas encore suffisamment rapide et tranchée", Olivier Véran reste donc prudent sur l'assouplissement des restrictions et appelle à "continuer nos efforts".

"Nous pourrons envisager un certain nombre d'allégements des mesures à partir de la mi-mai."

Olivier Véran, ministre de la Santé

au "Télégramme"

Interrogé sur une levée du couvre-feu avant le début des vacances d'été, Olivier Véran reste évasif. Il affirme au quotidien breton que "l'ensemble des mesures de freinage sera amené à être réévalué à différents moments, de façon progressive". Le ministre "espère" toutefois "un été serein" mais "vigilant, comme celui de l'année dernière".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.