Covid-19 : le mot "confinement" n'est "pas adapté", selon Emmanuel Macron

Le président de la République préfère parler de "mesures de freinage supplémentaires", estimant que "freiner le virus sans nous enfermer, ce n'est pas être confiné".

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le président de la République, Emmanuel Macron, le 17 mars 2021 à Paris. (ANDREA SAVORANI NERI / NURPHOTO / AFP)

Ne lui parlez pas de nouveau confinement. Emmanuel Macron a estimé vendredi 19 octobre que le mot de "confinement" pour décrire les mesures annoncées la veille contre l'épidémie du Covid-19 n'était pas le bon terme. "Je crois que le mot 'confinement' n'est pas adapté à la stratégie présentée hier (jeudi)", a déclaré le chef de l'Etat à des journalistes, en marge d'une rencontre à l'Elysée à l'occasion de la Journée de la francophonie.

"Ce qu'on veut, c'est freiner le virus sans nous enfermer, ce n'est pas être confiné. C'est vivre avec (le virus), je le dis depuis un an, sans fatalité", a-t-il ajouté. "Ce qu'on a appris en un an, c'est qu'il ne faut pas multiplier les interactions. Il y a une part de responsabilité individuelle. Le seul moyen, c'est de freiner ses contacts pour éviter que le virus ne se diffuse. Mais se promener dehors n'est pas mauvais", a poursuivi Emmanuel Macron.

Un mot prononcé une fois par Jean Castex

Dans ce cadre, "le terme de 'confinement' à proprement parler n'est pas le bon. Aujourd'hui, nous parlons de mesures de freinage supplémentaires", a-t-il estimé. Lors de sa conférence de presse, le Premier ministre, Jean Castex, a expliqué que le gouvernement avait choisi une "troisième voie" avec "de nouvelles mesures de freinage massives" de l'épidémie imposées dans 16 départements. Il n'a cité qu'à une seule reprise le mot "confinement" pour les qualifier, mais ce terme était largement repris dans les médias vendredi.

A ses côtés, le ministre de la Santé, Olivier Véran, s'est interrogé : "Est-ce qu'on peut parler d'un troisième confinement ? Je ne sais pas quel nom il faut donner à ces mesures fortes qui sont prises. Mais il y a une différence qui est notable, qui est que nous nous tournons davantage vers l'extérieur."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.