Covid-19 : le gouvernement n'envisage pas, dans l'immédiat, de nouvelles mesures de restriction ou d'allègement des contraintes

Un conseil de défense est prévu à l'Élysée mercredi 10 mars pour faire le point sur la situation sanitaire dans les départements sous surveillance renforcée. 

Article rédigé par
Jean-Jérôme Bertolus - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Emmanuel Macron, Jean Castex et Bruno Le Maire lors d'une réunion à l'Elysée, le 17 novembre 2020. (LUDOVIC MARIN / AFP)

Le gouvernement n'envisage pas, dans l'immédiat, de nouvelles mesures de restriction ou d'allègement des contraintes, selon les informations recueillies par franceinfo, alors qu'un conseil de défense se tient mercredi 10 mars, au matin à l'Élysée. Au programme de ce conseil de défense : le point sur la situation dans les 23 départements placés sous surveillance renforcée en raison du Covid-19

>> INFOGRAPHIES. Suivez l’évolution de l'épidémie de Covid-19 en France et dans le monde.

En dehors de Dunkerque (Nord) où le confinement a été prolongé "pour les trois prochains week-ends", pour le reste, le gouvernement n'envisage ni de nouvelles restrictions, ni un allègement du confinement le week-end dans des villes comme Nice. L'Île-de-France inquiète pourtant particulièrement l'exécutif. Le taux d’incidence et le taux de positivité sont sous surveillance, mais "ces deux indicateurs sont plutôt en baisse", observe-t-on au plus haut sommet du gouvernement où "on peut espérer tenir sans prendre de nouvelles mesures". 

La "dernière ligne droite"

Dans les hôpitaux franciliens, la déprogrammation d’opérations jugées non urgentes a permis de faire retomber un peu la pression, ainsi 400 lits ont été libérés pour des patients atteints du Covid-19. "On ne laissera jamais les hôpitaux être débordés", affirme un conseiller du Premier ministre. Mais le gouvernement sait que les Français sont de plus en plus lassés par cette situation. Aucun élu consulté en Île-de-France n’a mis en avant la nécessité d'un reconfinement le week-end et le gouvernement a épuisé les mesures intermédiaires. "On fait le dos rond" car "c’est la dernière ligne droite avant des jours meilleurs", résume un ministre en première ligne.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.