Covid-19 : la France enregistre 14 595 cas positifs en 24 heures, soit le total le plus élevé depuis le 25 novembre

Par ailleurs, 296 nouveaux décès ont également été recensés à l'hôpital par Santé publique France.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le personnel médical prend soin d'un patient à l'hôpital Robert Boulin de Libourne (Gironde), le 6 novembre 2020. (PHILIPPE LOPEZ / AFP)

L'objectif des 5 000 cas quotidiens de Covid-19 fixé par le gouvernement pour lever les mesures de confinement le 15 décembre semble s'éloigner un peu plus chaque jour. Ainsi, 14 595 nouveaux cas positifs ont été enregistrés en 24 heures mercredi 9 décembre, selon les chiffres de Santé Publique France.

Il s'agit du total le plus élevé depuis le 25 novembre (16 200). Sur les sept derniers jours, la moyenne quotidienne de nouveaux cas positifs et d'environ 11 000, soit plus du double de la barre symbolique des 5 000 fixée par le gouvernement.

Le nombre de patients en réanimation (c'est-à-dire les cas les plus graves) continue de diminuer légèrement, à 3 031, contre 3 078 la veille et 3 478 il y a sept jours. En outre, 170 malades ont été admis dans les services de réanimation ces dernières 24 heures. Le second critère établi par l'exécutif pour mettre fin aux restrictions de déplacement est que le nombre de patients en réanimation soit ramené à une fourchette comprise entre 2 500 et 3 000.

Au total, 25 526 patients étaient hospitalisés à cause du Covid-19 mercredi soir, contre 25 882 la veille.

56 648 décès depuis le début de l'épidémie

Par ailleurs, 296 nouveaux décès liés au coronavirus ont été enregistrées dans les hôpitaux dans les dernières 24 heures, contre 380 mardi et 312 il y a une semaine. Au total, 56 648 personnes sont mortes du Covid-19 en France depuis le début de l'épidémie (dont 39 035 à l'hôpital).

Enfin, le taux de positivité (proportion des tests positifs par rapport au nombre total de tests) est de 6,4%. Mais on ne peut pas le comparer aux quelque 11% de ces derniers jours car Santé publique France a modifié ses méthodes de calcul depuis mardi. Auparavant, l'agence sanitaire ne prenait en compte que les personnes testées positives ou négatives pour la première fois, ce qui n'est plus le cas. Cela fait mécaniquement chuter le taux de positivité, puisque la base sur laquelle est calculée la proportion de tests positifs est plus large.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.