Couvre-feu, reconfinement, bulle sociale... Que reste-t-il dans l'arsenal du gouvernement pour lutter contre l'épidémie de Covid-19 ?

Alors qu'un Conseil de défense sanitaire est organisé mardi 13 octobre, franceinfo fait le point sur les mesures envisagées pour ralentir la propagation du Sars-CoV-2.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Emmanuel Macron à Breil-sur-Roya, le 7 octobre 2020. (DANIEL COLE / POOL / AFP)

Comment faire face à la deuxième vague de l'épidémie de Covid-19 ? C'est la question que se pose le gouvernement depuis la rentrée avec plusieurs mesures restrictives prises dans une dizaine de métropoles notamment. Pour la cinquième fois depuis le début de la crise sanitaire du Covid-19, Emmanuel Macron va s'adresser aux Français, mercredi 14 octobre, à partir de 19h55.

>> Coronavirus : suivez en direct toutes les infos liées à la pandémie de Covid-19

A la différence des quatre allocutions précédentes, le chef de l'Etat sera cette fois interrogé par Anne-Sophie Lapix (France 2) et Gilles Bouleau (TF1). Avant cela, un Conseil de défense sanitaire est organisé mardi 13 octobre. Franceinfo fait le tour des mesures à la disposition du gouvernement.

Un couvre-feu

C'est peut-être la mesure envisagée qui inquiète le plus. Interrogée sur LCI, la ministre déléguée à la Citoyenneté, Marlène Schiappa, a reconnu que cette option n'était pas à exclure. "Rien n'est à exclure puisque le virus continue", a-t-elle lancé.

Cette mesure a déjà été évoquée dans le dernier avis du conseil scientifique le 22 septembre, comme le rappelle Le Monde (article payant). Mais celui-ci prévient que cette mesure "forte" et "très contraignante" pourrait ne pas être "acceptée" par la population, d'autant que les hôpitaux ne sont actuellement pas saturés.

Par ailleurs, d'après Le Point, trois scénarios de couvre-feu sont envisagés au sommet de l'Etat, notamment en région parisienne. Le premier à 20 heures, le deuxième à 22 heures et le dernier à 23 heures. En Guyane, le couvre-feu est toujours en place, de minuit à 5 heures du matin. Cette mesure permettrait d'empêcher indirectement les rassemblements privés, puisque l'exécutif ne peut pas légiférer concernant les lieux privés.

Un reconfinement

C'est l'option qui semble totalement écartée par le gouvernement. Elle n'a jamais été évoquée "sur le plan national ou local", selon une source gouvernementale citée par Le Monde. Malgré tout, le conseil scientifique sur le Covid-19, toujours dans son avis du 22 septembre, se positionne en faveur d'un confinement localisé. "Le conseil scientifique a identifié l'intérêt d'un confinement territorial, que les métropoles doivent se tenir prêtes à mettre en œuvre en cas de nécessité", est-il écrit dans ce dernier avis. 

Une bulle sociale

Il s'agit d'une autre mesure envisagée par les membres du conseil scientifique pour limiter la diffusion du virus. Pour lutter contre le nombre de contaminations sans confiner, le concept est simple : chaque foyer doit choisir un nombre limité de personnes avec lesquelles il aura un contact rapproché. En Belgique, cette mesure a été appliquée avec un jauge limitée à quatre personnes. Cette option reste pour autant controversée, comme nous vous l'avons expliqué.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.