Confinement : les troubles psychologiques de plus en plus nombreux

Le second confinement est encore plus difficile que le premier pour de nombreuses personnes, psychologiquement parlant. Un phénomène qui touche notamment les étudiants.

France 2

Dans deux semaines, le confinement devrait être levé, même si un couvre-feu prendra le relais. Nous pourrons circuler librement, et retrouver un peu de vie sociale. Un événement important, à l’heure où de plus en plus de Français souffrent de troubles psychologiques. Le deuxième confinement est plus douloureux et plus angoissant, notamment pour les jeunes. Chaque jour, cette étudiante de 24 ans s’oblige à marcher au moins une heure dans le parc près de chez elle.

Des rythmes brisés

"Ça fait du bien au moral, vraiment", explique-t-elle. Cauchemars, insomnies… Les symptômes se sont installés lors du premier confinement et se sont aggravés. Elle est depuis sous anxiolytiques. "Après, j’ai les anti-dépresseurs", précise-t-elle. Le nouveau rythme qu’elle avait réussi à trouver en septembre a été brisé. "Le matin, je n’arrive pas à me lever à la même heure, je n’arrive pas à me concentrer dans mon travail, ça a vraiment été très compliqué", rajoute-t-elle. Et elle n’est pas la seule. Une étude rapporte que sur 70 000 étudiants, 27,5% d’entre eux souffrent d’anxiété sévère.

Le JT
Les autres sujets du JT
Illustration d\'une jeune femme chez elle pendant le confinement.
Illustration d'une jeune femme chez elle pendant le confinement. (JULIEN HELAINE / HANS LUCAS / AFP)