Cet article date de plus d'un an.

Confinement : Gérald Darmanin demande aux préfets "un renforcement" des contrôles pour faire "respecter les règles"

Les déplacements et les rassemblements seront particulièrement contrôlés. Le ministre de l'Intérieur souhaite des patrouilles fixes et mobiles notamment dans les gares et aéroports mais aussi dans les parcs et jardins.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Gérald Darmanin, ministre de l'Intérieur, mardi 10 novembre 2020. (THOMAS COEX / AFP)

Le ministre de l'Intérieur demande, mardi 10 novembre, aux préfets "un renforcement" des contrôles du confinement mis en place pour freiner l'épidémie de Covid-19. Gérald Darmanin dit vouloir faire "respecter les règles", a appris franceinfo qui a pu se procurer la note envoyée aux préfets. L'objet de ce télégramme est clair : "Renforcement des actions de contrôles du confinement".

>>>Les dernières informations sur l'épidémie de Covid-19.

Le ministre de l'Intérieur, appelle à la "conscience" des Français afin de "respecter strictement les règles de confinement décidées par le gouvernement". Il demande aux préfets "une particulière fermeté pour faire respecter, sur le terrain, les dispositions qui concernent en priorité les rassemblements privés, les rassemblements de voie publique et la fermeture des établissements recevant du public, mais également les déplacements individuels n'entrant pas dans le champ des exceptions autorisées"

Des patrouilles dans les parcs et jardins

Sur les rassemblements privés, Gérald Darmanin réclame "la plus grande attention quant aux personnes qui se rendent ou qui quittent ces lieux sans motif légitime en violation des règles imposées", et notamment en cas de tapage nocturne.

Le ministre de l'Intérieur souhaite que les forces de l'ordre soient partout : "sur des points de contrôles fixes, des patrouilles dynamiques ainsi que sur le contrôle des points de passage et des grands axes de déplacement (dont les gares et aéroports)". Les parcs et jardins doivent aussi faire l'objet d'une attention spécifique.

Toute personne qui n'a pas de motif légitime de se déplacer sera verbalisée. Depuis le début du deuxième confinement, les forces de l'ordre ont dressé 65 000 verbalisations pour non-respect des règles liés au confinement, dont 20 000 dans les huit départements d'Île-de-France, a appris ce mardi franceinfo auprès du ministère de l'Intérieur.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Confinement

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.