Avec le reconfinement, le rideau se referme sur la culture

Pas un mot concernant la Culture dans l'allocution du président Emmanuel Macron sur le reconfinement. Pourtant les salles de concert, théâtres, cinémas, musées et librairies resteront fermés.

Article rédigé par
France Télévisions Rédaction Culture
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Affichette datant du 11 mai 2020, après le premier confinement généralisé décidé en mars 2020, à l'entrée du Théâtre du Point Virgule à Paris, annonçant une fermeture jusqu'à nouvel ordre de la salle. (MASHA MOSCONI / HANS LUCAS)

Alors que concerts et pièces de théâtre reprenaient timidement, l'annonce d'un reconfinement jusqu'au 1er décembre ramène le spectacle vivant, fragilisé, à ses pires heures du printemps, avec salles fermées, un sort également réservé aux cinémas, musées et librairies.

"Nouveau coup dur"

Emmanuel Macron n'a même pas eu un mot pour la culture dans son allocution mercredi 28 octobre annonçant un reconfinement généralisé jusqu'au 1er décembre. "Entre sauver des vie et sauver le théâtre, bien entendu il faut sauver des vies. Mais ce serait encore mieux de sauver des vies et de sauver le théâtre aussi. Le théâtre va crever. Il faut le savoir aussi", se désole auprès de l'AFP Jean-Michel Ribes, directeur du théâtre du Rond Point à Paris.

"Il ne faut pas faire de la chimiothérapie légère. On a perdu assez de temps. Je suis pour un arrêt complet pour quelques semaines à condition que ce soit efficace. Je préfère qu'on me coupe un bras, plutôt que la tête", nuance-t-il toutefois.

Malika Seguineau, du Prodiss (première organisation patronale du spectacle musical dans le privé), décrit "l'effet de sidération" qui saisit son secteur. "C'est un nouveau coup dur, un nouveau coup d'arrêt pour les billetteries - or, on sait qu'à Noël, d'ordinaire, l'achat d'un billet de spectacle comme cadeau est courant -. Et surtout, notre reprise d'activité est encore repoussée à une date inconnue".

"Deux pas en avant/trois pas en arrière"

"Plus que de l'argent, il va nous falloir des psys: nos équipes, nos salles adhérentes, comme les artistes d'ailleurs, sont à ramasser à la petite cuillère, nous n'en pouvons plus de ces deux pas en avant/trois pas en arrière, de reporter des reports...", commente pour sa part auprès Aurélie Hannedouche, du Syndicat des musiques actuelles (Sma).

Le circuit des petites et moyennes salles de musiques actuelles avait rouvert récemment, avec jauges limitées et spectateurs assis. Aucune enceinte culturelle n'a été identifiée comme foyer d'infection du Covid-19, mais le sommet de l'Etat "n'a pas voulu faire d'exception", regrette-t-elle.

Les grandes salles de concerts, de type Zénith, sont en revanche restées fermées depuis huit mois et les grands festivals - comme les Vieilles Charrues, les Eurockéennes, etc - ont connu une saison blanche. Quid du dernier festival de l'année, les Trans Musicales de Rennes ? L'édition en format réduit début décembre se tiendra-t-elle ?

Rôle social de la culture mis à mal

Aurélie Hannedouche, consciente que "la période est difficile", ne veut "jeter la pierre à personne" et remercie d'ailleurs le gouvernement pour "l'accompagnement économique". Mais elle déplore que sa branche soit remise "sous cloche" alors qu'elle a un "rôle social à jouer" : "les spectateurs nous ont dit à quel point ils appréciaient ces bulles d'air, ces bouffées d'air frais dans le climat actuel".

"Ce virus nous assèche, nous appauvrit intellectuellement, on ne parle plus que de ça, on ne va plus aux concerts, au théâtre, voir du stand-up...", prolonge Malika Seguineau.

Cinémas et musées doivent également fermer leurs portes. "C'est un moment de tristesse", a confié Marc-Olivier Sebbag directeur général de la Fédération nationale des exploitants de cinémas. "La décision s'impose. Le plus dur sera encore de faire revenir les spectateurs en salles à la fin de ce reconfinement. On s'était reconstruit dans le respect des règles sanitaires, et on doit refermer... Il faut reconfigurer les aides."

Avant même le discours de M. Macron, la CGT Spectacle avait dénoncé la situation dans un communiqué : "Une nouvelle fois, la fermeture de nos théâtres, cinémas, festivals ou salles de concert, nous prive de la possibilité de travailler".

Les artistes et créateurs souffrent également. Selon un rapport publié mercredi par la Confédération internationale des sociétés d'auteurs et compositeurs (Cisac), "les droits collectés à l'échelle mondiale pour les créateurs de tous les répertoires - musique, audiovisuel, arts visuels, spectacle vivant et littérature - pourraient diminuer jusqu'à 35% cette année soit 3,5 milliards d'euros de perte de revenus".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.