Australie : plus de 200 arrestations à Melbourne lors d'un rassemblement anti-confinement

La deuxième ville la plus peuplée du pays connaît son sixième confinement depuis le début de l'épidémie de Covid-19.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des manifestants anti-confinement à Melbourne (Australie), le 18 septembre 2021. (WILLIAM WEST / AFP)

Des centaines de manifestants ont été arrêtés et des policiers blessés, samedi 18 septembre à Melbourne, en Australie, lors de violents affrontements avec des manifestants opposés au confinement.

Les forces de l'ordre ont fait usage de gaz poivre et procédé à plus de 200 arrestations, dans la deuxième ville la plus peuplée du pays où des centaines de personnes ont enfreint l'obligation de rester chez elles pour aller manifester. Melbourne connaît son sixième confinement depuis le début de la pandémie et l'Etat de Victoria, où elle se situe, a enregistré samedi plus de 500 cas de Covid-19.

Quelques policiers blessés lors des affrontements

La police a annoncé que six policiers ont été hospitalisés après avoir été la cible de projectiles et avoir été piétinés lors d'affrontements avec quelque 700 manifestants.

"Ce que nous avons vu aujourd'hui, c'est un groupe qui s'est rassemblé, non pas pour revendiquer plus de libertés, mais pour affronter et se battre avec la police", a déclaré le commandant de la police de Victoria, Mark Galliott, à la presse.

La police a tenté d'empêcher l'accès au centre-ville aux manifestants, en bloquant les routes et en arrêtant les transports publics, afin d'éviter que ne se répètent les scènes de violence qui ont marqué le précédent rassemblement en août, auquel avaient pris part des milliers de personnes. Les manifestants se sont donc retrouvés ailleurs. Des images montrent une foule fonçant à travers une cordon de police alors que des échauffourées éclatent le long d'une ligne de tramway.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Confinement

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.