Cet article date de plus de deux ans.

Confinement : près de Nancy, une femme victime de violences conjugales donne l'alerte dans une pharmacie

Agée de 18 ans, elle a expliqué que son ex-conjoint s'était installé chez elle, lui avait pris sa carte bleue et ses clés et la frappait régulièrement. L'homme a été interpellé.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Essey-lès-Nancy. (GOOGLE MAPS)

Un homme a été interpellé samedi pour violences conjugales à Essey-lès-Nancy, près de Nancy (Grand Est), après que la victime a donné l'alerte dans une pharmacie, a appris franceinfo lundi 13 avril auprès du ministère de l'Intérieur.

>> Les dernières informations sur la pandémie de coronavirus dans notre direct.

La victime, une jeune femme de 18 ans, mère d'un bébé de huit mois, explique que son ex-conjoint s'est installé chez elle contre son gré au début du confinement. Elle raconte qu'il lui a volé sa carte bleue et les clés de l'appartement et qu'il la frappait régulièrement. Il a aussi confisqué son téléphone portable. La jeune femme a alors décidé de se réfugier dans une pharmacie avec son bébé. Le pharmacien a prévenu la police. Les policiers se sont rendus au domicile de la jeune femme où ils ont interpellé le suspect en possession de la carte bleue et des clés. Le parquet de Nancy est saisi.

Pour lutter contre les violences conjugales pendant le confinement, le ministère de l'Intérieur avait annoncé que les victimes pourraient "donner l'alerte directement dans les pharmacies". Selon le ministre Christophe Castaner, les interventions des forces de l'ordre après des signalements de violences conjugales ont augmenté de plus de 30% depuis la mise en place du confinement.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.