Confinement : plus de 80 000 personnes signent une pétition pour "un accès raisonnable à la nature", adressée à Emmanuel Macron

Les signataires demandent au chef de l'Etat d'autoriser les promenades et randonnées dans la nature pendant le confinement, lesquelles ne présentent pas de danger sanitaire, selon eux. 

Un chemin de petite randonnée sur le Causse Méjean en Lozère, dans le Parc national des Cévennes.
Un chemin de petite randonnée sur le Causse Méjean en Lozère, dans le Parc national des Cévennes. (SYLVIE DUCHESNE / RADIOFRANCE)
#AlertePollution

Rivières ou sols contaminés, déchets industriels abandonnés… Vous vivez à proximité d’un site pollué ?
Cliquez ici pour nous alerter !

Plus de 80 000 personnes, à ce jour, ont signé une pétition pour "un accès raisonnable à la nature" pendant le confinement liée à la pandémie de coronavirus, lancée une semaine plus tôt et adressée au président de la République Emmanuel Macron, rapporte France Bleu Isère samedi 25 avril.

>> Suivez les dernières informations sur la pandémie de coronavirus dans notre direct

La pétition a été lancée par un accompagnateur en montagne et un médecin, et est soutenue par une quinzaine de personnalités dont la députée écologiste des Deux-Sèvres et ancienne ministre de l'Ecologie Delphine Batho et la députée européenne écologiste Marie Toussaint.

Une échappatoire en temps de confinement

Les signataires se disent conscients de la gravité de la pandémie mais estiment que "se promener dans la nature, quand on est un pratiquant régulier de la randonnée ou du trail, est moins dangereux que certaines activités de bûcheronnage dans les jardins", explique l'alpiniste Lionel Daudet, assurant que plusieurs études montrent les effets bénéfiques du contact avec la nature.

Le psychiatre Christophe André renchérit : "Marcher et sortir régulièrement, avec des précautions bien sûr, à condition de ne pas se regrouper, c'est bon pour la santé et est aussi un réducteur d'inégalités. C'est le seul moyen pour ceux qui n'ont pas un logement agréable, ni un jardin, de bénéficier de l'agrément que peuvent apporter les espaces verts. C'est à la fois scientifique et démocratique".

Il ne s'agit pas de faire n'importe quoi dans la natureBilly Fernandezà franceinfo

Co-créateur de la pétition, l'accompagnateur en montagne Billy Fernandez explique sur franceinfo qu'il "appelle non seulement à des pratiques responsables en montagne ou ailleurs dans les espaces naturels", mais aussi qu'il "propose que la réglementation évolue, pas que la réglementation disparaisse". Billy Fernandaez exclut les pratiques à risque : "Il ne serait pas raisonnable d'aller pratiquer du base jump, de l'alpinisme ou des grandes voies non-équipées en montagne, ça c'est très clair. Par contre, de la balade et éventuellement de la randonnée, du yoga, du trail, de la photographie, la sieste même dans la nature, c'est parfaitement bénéfique."