Confinement : les vignerons du Var cherche à écouler les stocks de vin rosé

Sans bars et sans restaurants, les flux commerciaux sont au ralenti pour la filière viticole. Le vin rosé est particulièrement pénalisé. Illustration dans le Var.

franceinfo

Dans le vignoble de Cogolin (Var), le travail continue comme d'habitude. Marc Monrose, le directeur du domaine Château Saint-Maur doit trouver une solution pour ses futures vendanges car il lui faudra de la place. Une inquiétude, puisqu'ici, une cuve sur trois est encore pleine, l’équivalent de 150 000 bouteilles. À cela s’ajoutent des bouteilles déjà stockées dans des cartons. Une grande partie de la récolte 2019 reste en sommeil. Les mois de mars et avril ont eu de grandes conséquences.

Des promotions dès juin

Depuis le début du confinement, les bars et les restaurants n'achètent plus rien. Sans clients, les restaurateurs préfèrent logiquement patienter avant de s'approvisionner en vin. Pour écouler les stocks invendus, certains vignerons se regroupent. Vente directe et rabais font partie des solutions. "On peut décaler les promotions sur le mois de juin, alors que, d'habitude, on le fait plutôt sur le mois de mars ou d'avril", explique Frédéric Schoeffer, maître vigneron de la presqu’île de Saint-Tropez. D’autres se lancent dans l’aventure du web pour renforcer les ventes en ligne. Le confinement a fait changer les habitudes de vente au directeur de Minuty, Jean-Etienne Matton. La France est le premier pays consommateur de vin rosé au monde. Les vignerons misent beaucoup sur les vacances d’été.

Le JT
Les autres sujets du JT
Du rosé servi dans un verre
Du rosé servi dans un verre (FRANCEINFO)