Confinement : la police en manque de protection sanitaire

Le Premier ministre a annoncé vendredi 27 mars le prolongement de 15 jours les mesures de confinement. En première ligne pour contrôler les déplacements : les forces de police, qui par la voix de leurs syndicats expriment à leur tour leur colère.

France 2

À Saint-Germain-en-Laye dans les Yvelines, c’est désormais une habitude quand ils partent en patrouille. En plus de leur arme de service, la major Boulard et le brigadier Bento s’équipent d’un kit sanitaire pour éviter d'être contaminés au Covid-19. "On a un kit de gants, des lingettes désinfectantes et un stock de masques." Denrée rare, les masques sont essayés, mais laissés sous la veste pour être économisés. Les syndicats de police aimeraient que les agents les portent en permanence, mais le ministère de l’Intérieur refuse.

Une distance de sécurité qui peine à rassurer

Alors sur le terrain, pour se protéger, on s’en tient à une distance d’au moins un mètre. "Dès lors qu’on garde une distance d’au moins 1,5 mètre, j’espère qu’on évitera d’être contaminé", explique le brigadier Philippe Bento. "Cette thématique-là, du sanitaire, c’est une chose à laquelle on n’est pas forcément préparés, c’est sûr", ajoute la major Fabienne Bourlard.

Le JT
Les autres sujets du JT
Des policiers devant la gare de Nantes en Loire-Atlantique, le 26 mars 2020 (photo d\'illustration).
Des policiers devant la gare de Nantes en Loire-Atlantique, le 26 mars 2020 (photo d'illustration). (LOIC VENANCE / AFP)