Confinement :"Il y a une inégalité sociale qui accroît la précarité numérique", estime un responsable associatif du Val-d'Oise

Abdallah Boudour et son association "La dictée pour Tous" aident des familles précaires du Val-d'Oise à s'équiper de tablette ou d'ordinateur pour suivre l'école à distance. De nombreux parents sont sur liste d'attente.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
"Beaucoup de foyers, beaucoup d'enfants n'ont pas d'outils numériques pour suivre les cours à distance donnés par leurs professeurs", explique Abdallah Boudour, président de l'association "La dictée pour Tous".






 (DAMIEN MEYER / AFP)

"Malheureusement depuis le confinement il y a une inégalité sociale qui accroît la précarité numérique", a déclaré lundi 27 avril sur franceinfo Abdallah Boudour, président de "La dictée pour Tous", qui organise à Argenteuil dans le Val-d'Oise une collecte pour équiper les familles précaires d’un ordinateur ou d’une tablette.

>> Coronavirus : retrouvez les dernières informations sur l'épidémie dans notre direct

"Beaucoup de foyers, beaucoup d'enfants n'ont pas d'outils numériques pour suivre les cours à distance donnés par leurs professeurs", a regretté Abdallah Boudour. "On a monté aussi en parallèle une cagnotte sur Ulule avec l'opération "Tablette pour tous". On essaye d'en acheter pour distribuer aux enfants. On a coordonné le travail avec les services de l'éducation qui connaissaient les familles les plus précaires", a détaillé le responsable associatif.

franceinfo : Votre organisation organise une collecte pour équiper les familles précaires d'un ordinateur ou d'une tablette, comment ça s'organise ?

Abdallah Boudour : Nous à la base on organise des dictées dans toute la France. On s'est toujours battus pour faire la promotion de la lecture, distribuer des livres, des fournitures scolaires pour chaque enfant dans différentes régions de France. Malheureusement, depuis le confinement, il y a une inégalité sociale qui accroît la précarité numérique. Beaucoup de foyers, beaucoup d'enfants n'ont pas d'outils numériques pour suivre les cours à distance donnés par leurs professeurs. On s'est organisés pour essayer de collecter des appareils d'occasion, des claviers, des écrans, des unités centrales et composer des tablettes. On a monté aussi en parallèle une cagnotte sur Ulule avec l'opération "Tablette pour tous". On essaye d'en acheter pour distribuer aux enfants. On a coordonné le travail avec les services de l'éducation qui connaissaient les familles les plus précaires. Il y a aussi des familles qui vivent dans les quartiers à Argenteuil dont les enfants sont scolarisés ailleurs et qui, par conséquent, n'étaient pas répertoriés. Il y a une grande liste d'attente.

Vous arrivez à estimer le nombre de familles qui souffrent de cette précarité numérique ?

Vendredi dernier on a fait la dernière distribution, on avait un listing de 90 familles qui sont venues récupérer les outils sur la dalle d'Argenteuil. Il y a d'autres familles qui sont venues s'inscrire. Il y a d'autres professeurs qui nous ont contactés. On fonctionne vraiment avec les services de l'Education nationale, avec les professeurs principaux qui font le relais, comme ça il y a une transparence. Ils nous mettent en contact avec les enfants qui ne font leurs devoirs que sur WhatsApp. Il y en a dont les professeurs n'ont plus de nouvelles depuis le début du confinement. Ça concerne toutes les classes d'âge, des collégiens et même des étudiants. Certains ont tellement honte que c'est leur papa qui vient demander à leur place. Il y a même des parents qui étaient en cours d'alphabétisation et qui ne peuvent plus continuer les cours depuis le confinement.

Que vous disent les professeurs principaux ?

Ils sont tristes de voir les difficultés rencontrées par des enfants qui font des efforts pour bien travailler avec des mamans qui ont du mal à les aider à la maison alors qu'ils faisaient des progrès à l'école. Les professeurs nous appellent et ça se voit que nous sommes le seul relais aujourd'hui. Julien Denormandie, le ministre chargé de la Ville et du Logement a débloqué une enveloppe en faveur des départements et on a eu ce matin [lundi 27 avril] le préfet à l'Egalité des chances [dans le Val-d'Oise] M. Sébastien Jallet qui nous a dit qu'il allait soutenir l'opération "Tablette pour tous" pour pouvoir aider certaines familles d'Argenteuil. Les élèves de grandes sections de maternelle ou de début de primaire ont raté pratiquement deux trimestres depuis mars. Beaucoup de parents ne vont pas envoyer leurs enfants à l'école parce qu'ils ont peur qu'ils ramènent la maladie à la maison. Il faudrait mettre quelque chose en place cet été pour l'aide aux devoirs pour ces enfants avec les associations. Il faut rattraper ce retard car c'est très pénalisant pour tous ces jeunes.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.