Cet article date de plus d'un an.

Climat : l'Allemagne veut devenir "numéro 1 mondial" de l'hydrogène

L'hydrogène est considéré comme un moyen d'accompagner la transition énergétique en permettant de stocker à grande échelle de l'électricité.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le ministre de l'Economie allemand, Peter Altmaier, à bord d'une Mercedes F-Cell à hydrogène, avant une conférence de presse pour présenter la stratégie du gouvernement fédéral en matière d'hydrogène, le 10 juin 2020 à Berlin. (JOHN MACDOUGALL / AFP)

Recherche, infrastructures, capacité de production... L'Allemagne va investir neuf milliards d'euros d'argent public pour servir son ambition de devenir le "fournisseur et producteur numéro 1" d'hydrogène au niveau mondial, dans le cadre d'un plan autant destiné à décarboner son industrie qu'à relancer son économie après la pandémie de Covid-19. L'hydrogène est considéré comme un moyen d'accompagner la transition énergétique, en permettant de stocker à grande échelle de l'électricité et en servant de carburant dans les véhicules électriques, garantissant une meilleure autonomie que les batteries.

Produire de l'hydrogène "vert" 

Il est aujourd'hui utilisé dans l'industrie, notamment la chimie ou l'acier, mais l'immense majorité est pour l'instant produite avec des énergies fossiles. Dans son plan, le gouvernement allemand se focalise sur l'hydrogène "vert" produit à partir d'électricité durable (éoliennes, solaires...). Ce programme, adopté mercredi en conseil des ministres, prévoit une enveloppe de sept milliards pour développer le marché intérieur de l'hydrogène, et deux milliards pour conclure des "partenariats internationaux". "Pour des raisons de compétitivité et surtout pour atteindre nos objectifs climatiques", l'Allemagne veut devenir "numéro 1", a affirmé le ministre de l'Economie, Peter Altmaier.

L'un des objectifs du plan : augmenter la capacité de production du pays à près de cinq gigawatt d'ici 2030, et dix gigawatt avant 2040. L'Allemagne veut développer puis exporter son savoir-faire, afin de conquérir de "nouveaux marchés" pour les industriels du pays, selon Peter Altmaier.

La France investit aussi

Ce programme fait partie intégrante de l'immense plan de 130 milliards d'euros annoncé par Berlin la semaine dernière, pour relancer son économie sinistrée par les mesures de restriction destinées à endiguer la pandémie de coronavirus. L'Allemagne veut consacrer 50 milliards d'euros, soit la moitié du plan, à des "investissements d'avenir" vertueux en matière climatique.

L'Allemagne n'est pas le seul pays européen à s'intéresser à cette technologie : la France va consacrer 1,5 milliard d'euros de financement public sur trois ans pour "parvenir à un avion neutre en carbone en 2035" grâce notamment à la propulsion à hydrogène.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.