Cet article date de plus d'un an.

Chroniques du ciel. Covid-19 : EasyJet cloue ses avions au sol à partir du 24 mars

écouter (3min)

Face au coronavirus et suite aux mesures de confinement, les compagnies aériennes européennes clouent leurs avions au sol. Après Air France ou Transavia, EasyJet cessera 90% de son activité en France, dès mardi prochain, 24 mars.

Article rédigé par
Publié
Temps de lecture : 1 min.
EsayJet cloue ses avions au sol. (PHILIPPE HUGUEN / AFP)

EasyJet cloue ses avions au sol à partir du mardi 24 mars suite à la mise en place des mesures de confinement en France pour lutter contre l'épidémie de coronavirus Covid-19.

EasyJet, deuxième transporteur aérien en France

Comme la grande majorité des compagnies européennes, EasyJet, deuxième transporteur aérien en France, immobilisera, à partir de mardi 24 mars, 90% de sa flotte face à l’épidémie de coronavirus. Seuls, quelques rares vols seront assurés, vers et depuis le Royaume-Uni, ainsi que les derniers rapatriements de touristes français à l’étranger.

Nous nous sommes concentrés cette semaine sur le rapatriement des nombreux Français encore à l'étranger, et notamment au Maroc, puis en Espagne. Nous travaillons en étroite collaboration avec les autorités françaises, mais dès mardi 24 mars, nous allons totalement interrompre notre activité sur le territoire français.

Reginald Otten, directeur adjoint d'EasyJet France

à franceinfo

Suivra une longue période d’incertitude avant la reprise des vols

Comme l’a promis Emmanuel Macron, des mesures de chômage partiel, devraient être mise en place pour les 1.700 salariés sous contrat de droit français de la compagnie britannique. Ce ne semble pas forcément acquis comme l’explique Arnaud Wiplier, du SNPL EasyJet.

Nous sommes inquiets, car même si nous payons nos charges sociales, nos impôts en France, il n'est pas certain que nous soyons dans le décret de chômage partiel, ce qui serait totalement injuste de la part du gouvernement français

Arnaud Wiplier, SNPL EasyJet

à franceinfo

Le dossier EasyJet, parmi des centaines d’autres, serait actuellement sur le bureau de Jean-Baptiste Djebbari, secrétaire d'État auprès de la ministre de la Transition écologique et solidaire, chargé des Transports.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.