Chômage partiel : "11,3 millions de salariés" sont actuellement "protégés", déclare Muriel Pénicaud

Les mesures de prises en charge perdureront en juin, annonce la ministre mais probablement avec "un taux de prise en charge de l'État un peu moins important".

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La ministre du Travail, Muriel Pénicaud, le 24 mars 2020. (JACQUES WITT / POOL)

"Ce matin, ce sont 11,3 millions de salariés qui sont protégés par le chômage partiel", a déclaré la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, mercredi 29 avril sur France Inter. "C’est plus d’un salarié sur deux du secteur privé", a-t-elle précisé.

>> Coronavirus : les dernières informations sur la pandémie dans notre direct.

"On peut être fiers en France d'avoir mis en place ce filet de protection massif, ce qu'on n'a jamais fait dans notre pays, et qui évite des vagues de licenciements", s'est félicitée la ministre. Elle a ajouté que 890 000 entreprises en profitent également, ce qui représente la moitié des entreprises.  

Ces mesures seront prolongées après le 1er juin pour éviter que ces vagues de licenciements évitées n'arrivent à ce moment-là. À partir de cette date, il pourra y avoir cependant "un taux de prise en charge de l'État un peu moins important mais ce sera progressif", assure Muriel Pénicaud. "Le but est que le chômage partiel accompagne la reprise en douceur", justifie-t-elle.

Garde d'enfants : pas de changement en mai pour organiser la transition

La reprise pose la question de la garde d'enfants pour de nombreux salariés. "Pour les arrêts garde d'enfants, on fera une période de transition sur tout le mois de mai le temps que ça s'organise. Le système restera en l'état au mois de mai", assure Muriel Pénicaud.

[En mai] tout parent pourra déclarer qu'il ne peut pas faire garder son enfant et bénéficiera donc de l'activité partielle.

Muriel Pénicaud, ministre du Travail

à France Inter

Si même après le 1er juin, l'école n'est pas en mesure d'accueillir tout le monde, les parents pourront obtenir une attestation de l'école pour rester en chômage partiel, a ajouté la ministre du Travail.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.