Chômage : 2021, année noire ?

La pandémie de coronavirus provoque une hausse du nombre de demandeurs d’emploi, malgré les mesures de chômage partiel. Les plans sociaux se multiplient et Pôle Emploi a décidé d’embaucher. 

FRANCEINFO

Pôle Emploi craint une potentielle vague de demandeurs d’emploi en ce début 2021. Après deux confinements, les conséquences sur l’emploi sont décalées. Entre 600 000 et 700 000 emplois pourraient être perdus début 2021, selon les syndicats de Pôle Emploi. Si une bombe à retardement est à craindre, c’est parce que le financement des mesures de chômage partiel par l’Etat ne sera pas illimité. L’Etat a déjà dépensé 22 milliards d’euros depuis un an. Autre indice : 20 dossiers de plans sociaux ont été déposés chaque semaine depuis le 1er janvier alors que décembre avait été bien plus calme, d’après la Dares (Direction de l'Animation de la recherche, des Études et des Statistiques).

Marché du travail inaccessible

La jeunesse est source d’inquiétude. Le nombre de chômeurs de moins de 24 ans a bondi de 16% en un an au troisième trimestre 2020. Le taux d’emploi a quatre fois plus reculé dans cette catégorie que dans l’ensemble de la population. Pour le moment, ce sont les 20-30 ans qui paient le plus lourd tribut à cette crise.

Le JT
Les autres sujets du JT
Une agence Pôle emploi de Nancy (Meurthe-et-Moselle), le 21 décembre 2020.
Une agence Pôle emploi de Nancy (Meurthe-et-Moselle), le 21 décembre 2020. (NICOLAS GUYONNET / HANS LUCAS / AFP)