Chloroquine et trottinette : une revue scientifique piégée par un canular

La chloroquine peut-elle prémunir des accidents de trottinette ? Cette hypothèse est totalement absurde mais a pourtant été publiée dans une revue scientifique asiatique. À l'origine, quatre auteurs, dont un médecin et un chercheur, qui entendaient dénoncer l'absence de vérification de ces articles.

Les accidents de trottinettes évités grâce à la chloroquine, c'est la conclusion d'une étude fantaisiste publiée le week-end dernier dans une revue scientifique. L'un des auteurs de ce canular est médecin généraliste. "On s'attendait à ce que ça fasse du bruit dans la commnauté scientifique française, mais on s'attendait pas à petre cités en Inde, en Australie ou aux États-Unis", explique le Dr Michaël Rochoy.

Pas de relecture ?

Dans cette étude, tout est loufoque, à commencer par le nom des scientifiques : "Didier Lembrouille", "Otter F. Hantome" ou "Nemo Macron", le prénom du chien du chef de l'État. Le lieu de l'étude prête aussi à sourir : "un parking bandonné de Montcuq, dans le Lot". Alors comment une revue scientifique peut-elle publier un tel contenu ? "Soit il n'y a pas de relecture, soit il y a une relecture mal faite, soit il y a une relecture dont personne ne tient compte", exlique le médecin à l'origine de l'étude loufoque. 

Le JT
Les autres sujets du JT
Un médicament à base de chloroquine, dans une entreprise pharmaceutique, dans la banlieue d\'Athènes (Grèce), le 5 juin 2020. 
Un médicament à base de chloroquine, dans une entreprise pharmaceutique, dans la banlieue d'Athènes (Grèce), le 5 juin 2020.  (LOUISA GOULIAMAKI / AFP)