"C’est pour essayer d’aider à son échelle" : les actions de solidarité envers les personnels soignants se multiplient

Pour soutenir les personnels hospitaliers qui font face à l'épidémie de coronavirus, les Français ont lancé de nombreuses initiatives.

Article rédigé par
Léo Tescher - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 3 min.
Le personnel médical s'équipe pour se protèger contre le coronavirus au CHRU de Nancy, le 19 mars 2020 (photo d'illustration). (ALEXANDRE MARCHI / MAXPPP)

Les infirmiers, les médecins ou encore les aides-soignants sont en première ligne face à l’épidémie de coronavirus. Les Français, confinés chez eux, se donnent rendez-vous à leur fenêtre, tous les soirs à 20 heures, pour les applaudir. Ils rendent ainsi hommage aux personnels hospitaliers, touchés par ce geste. Il existe aussi une multiplication des initiatives beaucoup plus concrètes pour eux.

>> Coronavirus : suivez les dernières informations sur l'épidémie dans notre direct

Des cagnottes fleurissent sur internet et les supporters de football se mobilisent. Un groupe d'Ultras du club de football de l’OGC Nice en a lancé une, jeudi 19 mars. "L’ultra, c’est la passion mais c’est aussi de l’humanité et on voulait avoir cette initiative pour aider tout le staff médical du CHU de Nice", explique Didier, membre des Ultras Briganti. Une cagnotte pour "qu’ils aient les moyens de se livrer de la nourriture ou du matériel médical, ils en feront ce qu’il en voudront", indique le supporter.

Il était impossible que l’on ne réagissent pas,

Didier, membre des Ultras Briganti de l’OGC Nice

à franceinfo

À Toulouse, ce sont les supporters du TFC, les Indians Tolosa, qui se sont mobilisés pour le personnel hospitalier toulousain. En une journée, ils ont récolté plus de 2 000 euros. Ils entendent utiliser cette cagnotte pour "financer l'achat de café, de jus de fruit, gâteaux, biscuits". "Nous ne pouvons malheureusement pas leur offrir plus de matériel médical dont ils auraient besoin, alors offrons leur au moins ce qui leur permettra de gagner du temps qu'ils ne perdront pas devant des distributeurs", expliquent les supporters sur la page internet de la cagnotte.

Des coups de pouce pour les soignants

Il y a aussi ceux, comme Jérémy qui mettent à disposition leur logement gratuitement pour les soignants. "Je pense qu’ils vont faire des bonnes journées dans les semaines à venir, estime ce propriétaire d’un appartement vide à Clermont-Ferrand. Ça peut être sympa d’avoir un logement sur place plutôt que de devoir prendre la voiture et de rentrer chez eux ou bien s’ils se posent la question d’infecter leur proches". Pour le Clermontois, ce geste "c’est pour essayer d’aider à son échelle".

Je vois des gens qui fabriquent des masques. Moi, j’ai la possibilité de louer gratuitement un appartement, donc je le fais.

Jérémy, Clermontois

à franceinfo

Autre genre d’initiative, le site internet enpremiereligne.fr, qui met en contact ceux qui ont besoin d’aide comme les soignants, et ceux qui peuvent donner un coup de main. "Ils répondent à certaines questions : 'est-ce que je suis prêt à faire des courses ? Ou à garder des enfants ?', explique Grégory qui a créé le site avec trois amis. Ensuite, vous êtes dans la base et le jour où quelqu’un à un besoin vous êtes 'matché' [sélectionné] et on vous envoie un mail".

Parmi les témoignages, celui d'Alexandre. Il a 34 ans et habite à Lille : "J'ai commencé mon confinement le vendredi 13 mars, avant la fermeture des bars et des lieux publics. Travaillant dans l'informatique, j'ai pu facilement me mettre en sécurité et arrêter toute sortie".

Si le personnel médical est en première ligne, pour ma part, j'ai l'impression d'être dans un bunker. J'ai presque honte de la chance que j'ai.

Alexandre

Il raconte s'être inscrit sur le liste car il souhaite "aider ceux qui en ont besoin" : "En m'inscrivant, j'ai été mis en relation avec une personne qui est infirmière dans ma ville. Pour l'instant, elle a encore des réserves de nourriture pour plusieurs jours, mais elle sait que dans les prochains jours, quand la crise sanitaire aura pris encore plus d'ampleur, elle pourra compter sur moi."

Ce genre de coups de pouce fait du bien au moral. Les hospitaliers en témoignent assez largement sur les réseaux sociaux.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.