Ce que l’on sait sur le foyer de cas de coronavirus dans le plus important abattoir d’Allemagne et d’Europe

Plus d'un millier de salariés d’un grand abattoir du nord-ouest de l’Allemagne ont été testés positifs au Covid-19 cette semaine. 

L\'abattoir de l’entreprise Tönnies sur la commune de Rheda-Wiedenbrück dans lequel 730 salariés ont été testés positifs au Covid-19
L'abattoir de l’entreprise Tönnies sur la commune de Rheda-Wiedenbrück dans lequel 730 salariés ont été testés positifs au Covid-19 (Ludovic Piedtenu / RADIO FRANCE)

L'abattoir allemand touché par le coronavirus se situe sur la commune de Rheda-Wiedenbrück, près de la grande ville de Münster, en Rhénanie du Nord-Westphalie. Voilà ce que l’on sait sur ce nouveau foyer de l’épidémie de coronavirus, le plus important actuellement en Europe.

Au moins 1 029 salariés positifs

Le nombre de cas positifs parmi les salariés s'élève à 1 029 ce samedi. Au total, le site emploie près de 6 000 personnes qui vont toutes être testées dans les prochains jours. Les cas positifs ont été placés en quarantaine mais il reste aussi à identifier avec qui ils sont entrées en contact en dehors des employés du site. 65 soldats de l’armée allemande ont été envoyés pour s'occuper des tests et pour tenter de circonscrire le cluster en retrouvant les personnes croisées et les lieux visités par les salariés testés positifs.

Des salariés venus de pays d’Europe de l’Est

La plupart des personnes travaillant dans cet abattoir sont des employés de sociétés sous-traitantes. Ils viennent en très grande majorité d’Europe de l’Est, principalement de Roumanie mais aussi de Bulgarie et de Pologne. Leurs conditions de travail et d’hébergement sont pointées du doigt pour expliquer cette propagation massive du virus.

Le plus grand abattoir d’Europe

Il s’agit d’un site gigantesque, d'une surface équivalente à 55 terrains de football. En temps normal, 20 000 porcs y sont, par exemple, abattus chaque jour. Avec 40 000 animaux déjà abattus qui doivent encore être transformés, le site ne peut pas fermer du jour au lendemain. L’usine devrait continuer à fonctionner encore environ une quinzaine de jours avec les salariés qui ne seront pas testés positifs.

Une hausse des prix voire une pénurie possible dans certains supermarchés

L’entreprise Tönnies détient 30% des parts de marché de la viande en Allemagne. L’arrêt pour une période encore inconnue de son plus important abattoir devrait avoir des conséquences notamment dans le circuit du hard-discount, très développé en Allemagne, comme l'enseigne Aldi. Les prix en rayon pourraient augmenter et certains supermarchés craignent de manquer de viande dans les prochaines semaines.