Campagne de dépistage : "Mieux connaître la réalité de la situation"

La campagne massive de dépistage organisée actuellement en Île-de-France et dans les Hauts-de-France suffira-t-elle à empêcher une deuxième vague épidémique ? Le Professeur Bruno Megarbane, chef du service réanimation à l’hôpital Lariboisière livre ses éléments de réponse.  

France 2

"Il est important de réaliser un tel dépistage pour connaître exactement le niveau auquel circule le virus. On l’estime aujourd’hui à peu près à 750 nouvelles contaminations par jour en France mais ce n’est qu’une estimation. Le fait de réaliser un dépistage plus important dans une région entière permettrait de mieux connaître la réalité de la situation et donc de prendre les mesures en rapport pour éviter la dissémination et cette deuxième vague que tout le monde craint", explique Bruno Megarbane.

"Le virus circule toujours en France"

Interrogé sur la situation au sein de son propre service, le professeur se montre optimiste mais reste prudent. "Ce week-end et hier nous avons eu deux nouvelles personnes hospitalisées dont une un peu plus grave. Cela montre que le virus circule toujours en France. C’est probablement encore un bruit de fond. Tous les voyants sont au vert mais il faut rester très vigilant et toujours recommander les mesures barrières car le risque existe bien", conclut Bruno Megarbane.

Le JT
Les autres sujets du JT
Une infirmière effectue un prélèvement pour un test de dépistage du Covid-19, le 18 mai 2020, à Sedan (Ardennes).
Une infirmière effectue un prélèvement pour un test de dépistage du Covid-19, le 18 mai 2020, à Sedan (Ardennes). (VIKTOR POISSON / HANS LUCAS / AFP)