Camaïeu en redressement judiciaire : "Il faut absolument une perfusion particulière" de l'État, estime la députée du Nord Catherine Osson

La députée La République en marche Catherine Osson fait appel à l'État et demande une mobilisation pour sauver l'entreprise textile installée à Roubaix. "On ne peut pas laisser tomber des centaines de salariés sur leur territoire."

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Une enseigne Camaïeu à Caen. (MYCHELE DANIAU / AFP)

Le gouvernement recherche un repreneur pour Camaïeu, car l'entreprise textile française installée à Roubaix dans le Nord, est placée en redressement judiciaire après avoir dû fermer ses magasins pendant le confinement en raison de la pandémie de coronavirus. Durement touché par la crise, Camaïeu n'a pas réussie à obtenir de prêt garanti par l'État. Mercredi 27 mai sur franceinfo Catherine Osson, la députée La République en Marche de cette circonscription, réclame " absolument une perfusion particulière" de l'Etat pour "sauver les entreprises du versant nord-est de l'agglomération lilloise".

Un appel pour trouver un repreneur

"Je lance un appel à l'État", déclare-t-elle, car ce territoire est "déjà très abîmé par des décennies de difficultés économiques et sociales". La députée estime que l'État ne peut pas avoir le même traitement, la même bienveillance qu'ailleurs. "Elle doit être plus forte parce qu'on est sur un territoire très fragilisé, explique-t-elle qui cumule des difficultés, où il y a encore des friches industrielles à dépolluer".

Je fais un appel aujourd'hui pour une mobilisation, pour trouver absolument un repreneur pour continuer l'aventure Camaïeu

Catherine Osson, députée LREM du Nord

sur franceinfo

L'élue de la majorité estime qu'"on ne peut pas laisser tomber des centaines de salariés sur leur territoire. J'ai l'espoir d'un repreneur". Selon elle, la fermeture du siège de l'entreprise serait "dommageable" en termes d'emplois et de retombées économiques, et "c'est très inquiétant".

Venir en aide aux entreprises du Nord

Considérant que Camaïeu est "tout un symbole" dans sa circonscription, "il faut absolument se battre pour garder cette entreprise", ajoute Catherine Osson. "Je refuse de repartir sur des décennies de difficultés économiques et sociales, déclare l'élue. Il faut absolument une perfusion particulière pour sauver les entreprises du versant Nord-Est de l'agglomération lilloise", explique la membre de la commission des Finances à l'Assemblée nationale.

La députée LREM estime que Camaïeu est aussi devenu le "symbole de tout ce qu'on craignait pendant la crise du Covid-19 : une entreprise déjà fragilisée et qui reçoit ce coup de grâce avec la fermeture des magasins". Sur 900 boutiques Camaïeu dans le monde, 800 sont restées fermées pendant deux mois, ce qui a causé une perte de chiffre d'affaires de 200 millions d'euros. Au total, l'entreprise Camaïeu emploie 3 800 personnes dans ses magasins en France.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.