"Ça protège une personne pendant un mois" : face au coronavirus, les Tissages de Charlieu fabriquent 250 000 masques lavables par jour

Ils sont spécialisés dans les tissus jacquard, mais depuis le début de la crise du coronavirus, l'entreprise les Tissages de Charlieu, dans la Loire, a décidé de mobiliser ses moyens de production pour fabriquer des masques en tissus réutilisables. Une de ces initiatives qui font la France des solutions.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Les machines de l'entreprise Les tissages de Charlieu (Loire) ont été adaptées pour fabriquer des masques de protection contre le coronavirus (FABIEN GOSSET / RADIO FRANCE)

Sous la verrière centenaire, les métiers à tisser tourne à plein régime. En quelques jours, grâce à la technologie de l’impression 3D, l'entreprise Les Tissages de Charlieu, située près de Roanne, s'est lancé dans la fabrication de masques à usage non sanitaire, en pleine épidémie de coronavirus. Et ça n'a pas été simple. "On a eu toutes les peines du monde à trouver des élastiques, les seuls qu'on arrive à trouver sont en Chine", affirme Eric Boël, le directeur de la société. "On n'a rien contre les Chinois évidemment, mais on s'est débrouillé pour trouver des élastiques qu'on fait fabriquer à 100 km d'ici."

>> Suivez toutes les dernières informations dans notre direct 

Ici, on fabrique local afin de soutenir l'effort national face à la pénurie. "Je peux vous dire que s'il y a des Américains qui viennent ici, qui nous disent 'on vous achète en bifetons vos masques', ils vont repartir avec un coup de pied au derrière, ça c'est clair !", lâche Eric Boël. 

Eric Boël, directeur de l'entreprise Les tissages de Charlieu, le 6 avril 2020 (FABIEN GOSSET / RADIO FRANCE)

Près de 250 000 masques sont désormais fabriqués par jour, et tout le monde en veut. Pierre-Edouard Forissier, associé des tissages, a reçu 2 500 commandes. "Les premiers jours, c'était essentiellement des hôpitaux, des pompiers, des Ehpad, explique-t-il, et puis au fur et à mesure des semaines, on est passé aux industries agroalimentaires, et puis de plus en plus de gens du BTP, de la grande distribution aussi qui ont besoin de masques, qu'on est en train de fournir."

Des masques lavables et réutilisables

Composés de trois couches, ces masques sont lavables et donc réutilisables. Pour Eric Boël, il faut aussi lutter contre le gaspillage. "Les masques jetables, comme ceux que vous portez, au bout de 4 heures vous les mettez à la poubelle. Les nôtres, vous pouvez les mettre dans un sac en plastique, vous les lavez à 60 degrés pendant 30 minutes, ça protège une personne pendant un mois", assure le patron.

Les 70 salariés se relaient sept jours sur sept, ils ont tous accepté de revenir travailler plus, sans hésiter. "C'est pour sauver des vies ! Ça ne me serait pas venu à l'idée de rester chez moi si on faisait des masques", affirme cette salariée. Dehors, Guy Pegon, qui travaille dans le BTP, charge sa commande. "Cela nous a permis de remettre nos personnels sur les chantiers, dans les camions etc, car on ne trouvait pas de masques ailleurs qu'ici", reconnaît-il. Les tissages de Charlieu contribuant ainsi, à son échelle, au redémarrage de l'économie.

Fabrication de masques aux Tissages de Charlieu - Reportage de Benjamin Mathieu
--'--
--'--

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.