"Ça nous aiderait beaucoup qu'il aille mieux" : les Britanniques au chevet de Boris Johnson, gravement atteint par le coronavirus

L'état de santé de leur Premier ministre inquiète les Britanniques. Placé depuis lundi 6 avril en soins intensifs, il avait révélé quelques jours plus tôt être atteint du coronavirus. C'est tout un pays qui s'attend à être touché par le pic de l'épidémie cette semaine. 

L\'hôpital Saint Thomas, à Londres, où est hospitalisé Boris Johnson, mardi 7 avril 2020. 
L'hôpital Saint Thomas, à Londres, où est hospitalisé Boris Johnson, mardi 7 avril 2020.  (ISABEL INFANTES / AFP)

Lundi 6 avril, Boris Johnson a été placé, dans la soirée, en soins intensifs à l’hôpital St Thomas de Londres. L’état du Premier ministre est stable. Il reçoit de l'oxygène mais respire sans aucune assistance a expliqué, mardi 7 avril, son porte-parole. Mais son état de santé inspire toutefois de l’inquiétude parmi la population britannique.

>> Coronavirus : retrouvez toutes les informations dans notre direct

En contrebas de l’hôpital Saint Thomas, encerclé de policiers, où se trouve Boris Johnson, des Londoniens font leur footing sur les quais qui bordent la Tamise. John, 50 ans, est un fervent partisan de "Bojo", le surnom du Premier ministre. "Je suis vraiment inquiet pour lui, je suis vraiment triste parce qu'il est une grande inspiration pour le pays et nous avons besoin de lui pour aller au bout du Brexit. Ça nous aiderait beaucoup qu'il aille mieux".

Le pic de l'épidémie attendu dans la semaine

Avec plus de 6 000 décès enregistrés, dont 780 ces dernières 24 heures, le Royaume-Uni s’attend à un pic de l’épidémie prévu à la fin de la semaine, pour le Dimanche de Pâques. Et c’est avec un flegme tout britannique que les habitants de Londres s’y préparent, à l’image de cette généticienne. "C’est une prévision basée sur de l'augmentation des nouveaux cas quotidiens et selon laquelle nous allons probablement atteindre le pic. Si nous suivons le même schéma que dans d'autres pays comme l'Italie et l'Espagne, ce n'est probablement pas très loin de la vérité."
 
Le gouvernement conduit par le ministre des Affaires étrangères Dominic Raab, qui assure l’intérim, doit examiner en début de semaine prochaine une éventuelle prolongation du confinement imposé à la population. Un confinement beaucoup moins strict qu’en France, comme en atteste le nombre de promeneurs croisés, ce mardi 7 avril.