''C'est compliqué d'agrandir les classes d'un coup de baguette magique'': les modalités d'ouverture des écoles en Italie soulèvent un mécontentement général

Le premier pays européen touché par la pandémie de coronavirus a été l'un des rares à ne pas rouvrir les portes des établissements d'enseignement aux élèves et étudiants.

Le Premier ministre italien, Giuseppe Conte et la ministre de l\'Education Lucia Azzolina.
Le Premier ministre italien, Giuseppe Conte et la ministre de l'Education Lucia Azzolina. (TIZIANA FABI / AFP)

L'Italie ne rouvrira ses écoles que le 14 septembre... mais selon quelles modalités ? Le premier pays européen touché par la pandémie de coronavirus a été l'un des rares à ne pas rouvrir les portes des établissements d'enseignement aux élèves et étudiants. Le gouvernement doit acter jeudi 25 juin les modalités d'ouverture qui ne font déjà que des mécontents ! La ministre de l'Éducation est l'une des ministres les plus critiqués : selon la principale association de parents d'élèves, elle se dégage de toute responsabilité en faisant tout retomber sur les directeurs d'écoles. Le gouvernement ne fait en effet que des recommandations : diviser les classes en plusieurs groupes, réduire les cours d'une heure à 40 minutes, ouvrir les écoles le samedi, porter un masque au-delà de 6 ans ou encore faire cours dans les gymnases ou au musée.

Sans ressources, impossible d'accueillir tous les élèves

Les premiers concernées, les directeurs d'école, apprécient mal cette fausse autonomie car il leur est impossible d'accueillir tous les élèves sans ressources et personnels supplémentaires, si l'on en croit Antonello Giannelli, le président de l'association des directeurs d'école, qui regrette aussi le flou entretenu sur la distance à respecter."On ne peut pas seulement dire aux écoles de trouver un peu d'espace, d'inventer des choses à faire dans les musées, déplore-t-il. On y va déjà dans les musées, cela s'est toujours fait !''

Si les salles sont trop petites par rapport au nombre d'élèves, c'est un peu compliqué de les agrandir d'un coup de baguette magique !Antonello Giannellià franceinfo

Nombre d'écoles n'ont encore engagé aucun travaux. Et si les recommandations sanitaires en restent là, 40% d'entre elles ne pourront pas accueillir leurs élèves à la rentrée.