Brésil : Jair Bolsonaro limoge son ministre de la Santé qui défendait la distanciation sociale pour lutter contre l'épidémie de coronavirus

Ce divorce n'est pas une surprise tant les deux hommes avaient des divergences de vue dans la gestion de la crise en cours.

 Le président brésilien, Jair Bolsonaro, aux côtés de son ministre de la Santé, Luiz Henrique Mandetta, le 16 avril 2020, à Brazilia.
Le président brésilien, Jair Bolsonaro, aux côtés de son ministre de la Santé, Luiz Henrique Mandetta, le 16 avril 2020, à Brazilia. (ADRIANO MACHADO / REUTERS)

Après des semaines d'affrontements et de provocations par déclarations interposées, le couperet est finalement tombé. Le président brésilien Jair Bolsonaro a fini, jeudi 16 avril, par limoger Luiz Henrique Mandetta, son ministre de la Santé. Et ce, en pleine épidémie du coronavirus.

>> Coronavirus : les dernières informations sur la pandémie dans notre direct

"Le président Jair Bolsonaro vient de m'annoncer que j’étais démis de mes fonctions de ministre de la Santé", a tweeté Luiz Henrique Mandetta après une rencontre avec le chef de l'Etat au palais présidentiel de Planalto.

Le chef de l'Etat a évoqué un "divorce par consentement mutuel" au sujet du limogeage du ministre, qui était attendu depuis plusieurs jours, leurs vues étant totalement incompatibles. Luiz Henrique Mandetta a toujours préconisé le confinement et la distanciation sociale, suivant à la lettre les recommandations de l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Mais le président entravait sans cesse son action, qualifiant le virus de "petite grippe" et remettant en cause les mesures de confinement prises par les gouverneurs de presque tous les Etats brésiliens. 

Luiz Henrique Mandetta semblait avoir franchi la ligne rouge dimanche soir, lors d'un entretien à la chaîne TV Globo, en affirmant que "les Brésiliens ne savent plus s'ils doivent écouter le ministre ou le président". Une déclaration jetant une lumière crue sur la cacophonie du gouvernement qui lui a coûté l'appui des militaires, qui avaient pesé de tout leur poids la semaine précédente pour sauver son poste. De nombreux commentateurs politiques estiment également que Jair Bolsonaro ne supportait plus ce ministre très populaire, qui avait deux fois plus d'opinions favorables que lui dans les sondages.

Concerts de casseroles dans les rues

Au moment de sa dernière conférence de presse, le ministre déchu a d'ailleurs été accueilli par une ovation debout des fonctionnaires du ministère. Peu après l'annonce, des concerts de casseroles ont retenti dans plusieurs villes brésiliennes en signe de protestation.

Un nouveau ministre de la Santé a déjà été nommé : il s'agit de Nelson Teich. Cet oncologue a indiqué lors de sa toute première conférence de presse qu'il ne prendrait pas de "décision brusque" en ce qui concerne une éventuelle levée des mesures de confinement réclamée par le président Bolsonaro. Comme son prédécesseur, Nelson Teich considère d'ailleurs que le confinement est le meilleur moyen d'endiguer la pandémie. Le dernier bilan officiel au Brésil, pays de 210 millions d’habitants, fait état de 30 425 cas de Covid-19, dont 1 924 mortels.