"Bien sûr que j'ai peur" : à Wuhan, foyer d'origine du virus qui inquiète le monde, la vie au ralenti

Depuis jeudi matin 23 janvier, la ville de Wuhan a été mise en quarantaine par les autorités chinoises.

Un marché à Wuhan le 23 janvier 2020
Un marché à Wuhan le 23 janvier 2020 (XIAO YIJIU / XINHUA)

De la fièvre, des problèmes respiratoires... Comme tous les habitants de Wuhan, cet étudiant connaît par cœur les symptômes de cette mystérieuse maladie des poumons apparue voici un mois dans son quartier de Hankou : "Vous avez de la fièvre et après vous ne pouvez plus respirer. Bien sûr que j'ai peur". Les cafés, les hôtels, les boutiques sont vides. Beaucoup de gens sortent moins, voire ont fait le choix d'annuler leurs déplacements.

À la patinoire du dragon, installée au cœur d’un centre commercial, une fillette tourne seule sur la glace. La jeune fille à l'accueil expique avoir senti l'inquiétude monter ces derniers jours : "Les choses sont devenues plus sérieuses, ici à Hankou. Depuis quelques jours, les parents n’envoient plus leurs enfants. Ils pensent qu‘ils pourraient attraper le virus. Pour l’instant, moi je n’ai pas peur. Je me dis que si les enfants viennent à la patinoire, c’est qu’ils sont en bonne santé. Donc il n’y a pas de quoi s’inquiéter".

11 millions de personnes confinées

Entouré par des barrières rouges et surveillé en permanence, le marché aux fruits de mer de Hankou est totalement isolé depuis l’apparition de l’épidémie. Et depuis cette semaine, les autres marchés agricoles de Wuhan ont été fermés. Et c’est désormais toute la mégalopole de Wuhan et ses 11 millions d’habitants qui se retrouvent confinés.

Le reportage à Wuhan de Stéphane Lagarde (RFI)
--'--
--'--