Belgique : face à la fermeture des salons, des coiffeurs officient clandestinement

Publié
Durée de la vidéo : 2 min.
Belgique : face à la fermeture des salons, des coiffeurs officient clandestinement
FRANCE 3
Article rédigé par
J. Gasparutto, C. Vanpée, F. Furnémont, A. Châble - France 3
France Télévisions

Les salons de coiffure et d’esthétique vont-ils devoir fermer leurs portes si un  troisième confinement entre en vigueur en France ? Le secteur redoute de revivre une situation extrêmement difficile. En Belgique, les salons sont fermés depuis trois mois, alors, certains ont décidé d’officier dans l’illégalité. 

En France, les commerces dits non-essentiels craignent de subir une fermeture obligatoire dans l’hypothèse d’un troisième confinement. En Belgique, les coiffeurs sont, eux, déjà fermés depuis trois mois, mais certains professionnels ont décidé de travailler dans la clandestinité, en venant à domicile. À Bruxelles (Belgique), l'un d'entre eux, Louis, se rend chez un client. Ce dernier est son septième de la journée. Il risque 750 euros d’amende mais le professionnel estime ne pas avoir le choix. 

"C'est ça ou je meurs"

"C’est ça ou je meurs. Demain, si je ne travaille pas en extra, je dois liquider ma maison, les réserves sont épuisées", affirme-t-il. Sa cliente le soutient. Elle assume avoir besoin de lui pendant cette période compliqué. Sur Internet, il suffit de quelques clics pour trouver très vite un rendez-vous pour se faire couper les cheveux chez soi. Un groupe spécial a même été créé sur un réseau social.  

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.