Axa condamné à un indemniser un restaurateur : "Ça ouvre une brèche, depuis le début les assureurs nous ont menti", explique Stéphane Manigold

"C'est une victoire inédite", estime le restaurateur parisien. Le tribunal de commerce a jugé recevable sa demande d'obtenir l'indemnisation auprès de son assureur des pertes d'exploitations de l'un de ses quatre restaurants parisiens fermés en raison de l'épidémie de Covid-19. Axa a annoncé que le groupe allait faire appel de cette décision.

Stéphane Manigold, directeur de quatre restaurants dans la capitale, donne une conférence de presse à Paris, le 22 mai 2020.
Stéphane Manigold, directeur de quatre restaurants dans la capitale, donne une conférence de presse à Paris, le 22 mai 2020. (THOMAS COEX / AFP)

"C'est une victoire parce que ça fait deux mois qu'on nous explique tout le contraire", a réagi vendredi 22 mai sur franceinfo, Stéphane Manigold à la tête du groupe Eclore. "Ça ouvre une brèche pour tout le secteur car depuis le début les assureurs nous ont menti", a-t-il ajouté. Le tribunal de commerce de Paris a jugé recevable la demande du restaurateur parisien, le premier à traîner son assureur devant la justice pour obtenir l’indemnisation des pertes d’exploitations de l’un de ses quatre restaurants qui a dû fermer en raison de l’épidémie de coronavirusAxa a indiqué que le groupe allait faire appel de cette décision. "Axa a payé plus d'honoraires d'avocats que ce que je demandais au tribunal. Axa a été absent de son rôle d'assureur. Axa a changé les règles au moment où ils ont perdu, ils ont changé les règles du contrat. La loi doit changer", a insisté Stéphane Manigold.

Quelle est votre réaction par rapport à la décision du tribunal de commerce de Paris qui vous donne raison ?

C'est une victoire parce que ça fait deux mois qu'on nous explique tout le contraire. C'est une victoire collective, parce que je pense à tous les messages des chefs d'entreprise que j'ai eus au téléphone et qui sont à la détresse et qui avaient un genou à terre. Je leur dis que vous pouvez vous relever. Relevez-vous parce que le tribunal de commerce de Paris vient de nous donner un espoir. Un espoir pour notre économie, un espoir pour le tsunami catastrophique et économique auquel le pays va faire face. Je suis heureux pour tous ceux qui regagnent de l'espoir. C'est une victoire inédite.

Ça ouvre une brèche pour tout le secteur ?

Oui, ça ouvre une brèche pour tout le secteur car depuis le début les assureurs nous ont menti. Au tribunal de commerce, le magistrat a un rôle de régulateur économique et social. Je suis fier qu'il ait pris à cœur ce rôle-là de détailler et de répondre à l'ensemble des mensonges qui ont été proférés devant la justice. Le magistrat a fait un travail remarquable. Je suis fier de ce pays. Je n'ai qu'une envie, c'est que demain lorsque la décision sera définitive, je ne rêve que d'une chose c'est de rembourser l'Etat. Axa va devoir payer mes salariés qui vont avoir plus de pouvoir d'achat. Sur le groupe, on est à 500 000 euros de pertes par mois. Sur l'établissement pour lequel on a assigné on est à un peu plus de 70 000 euros. C'est ce que le tribunal nous a octroyé. Ça va nous donner un sacré bol d'oxygène dans cette situation catastrophique pour le pays.

Une soixantaine de chefs dont plusieurs étoilés (Marc Veyrat, Michel Sarran, Gilles Goujon) qui demandent que les assurances prennent impérativement en charge la perte d'exploitation pour tous à hauteur de 15 à 25%. Ils demandent aussi le lancement d'un fonds de garantie catastrophe sanitaire ?

Ce sont tous des copains, j'ai signé cet appel. Il y a l'engagement contractuel sur lesquels les assureurs ne peuvent pas s'isoler. Ils doivent être là et puis il y a la solidarité. Axa m'a reproché d'avoir indiqué qu'ils ont 1 700 milliards d'euros en assurance-vie. C'est l'argent des Français. Je crois qu'Axa n'a pas compris que les Français aujourd'hui ont besoin que cet argent soit investi dans notre économie pour sauver nos entreprises. Au fond qu'Axa investisse dans le Bitcoin, franchement on s'en fout. Parce que si les Français leur donnent de l'argent et se retrouvent au chômage, ça ne sert à rien.

Il faut changer les polices d'assurances ?

Sur les polices d'assurances, il faut plus de transparence, il y a aussi une chose qui est clair et j'en appelle au Parlement, ça doit changer. Lorsqu'un assureur vous motive un refus, il peut vous le motiver ou vous l'écrire à l'infini, ce n'est pas possible. Lorsqu'un assureur vous motive un refus, il doit le faire une seule fois. Il ne peut pas tous les jours changer. Pendant deux mois ils ont changé systématiquement de fusil d'épaule. Pendant deux mois nous avons renvoyé leurs arguments pour au final finir au tribunal avec un combat qui était franchement disproportionné. Axa a payé plus d'honoraires d'avocats que ce que je demandais au tribunal. Ce n'est pas normal. Axa a été absent de son rôle d'assureur. Axa a changé les règles au moment où ils ont perdu, ils ont changé les règles du contrat. La loi doit changer. Le président de la République a dit : j'y veillerai, alors qu'il vienne avec nous dans le combat.