AVANT/APRES. Coronavirus : ces vues aériennes de sites célèbres désertés montrent les conséquences du Covid-19

Wuhan, l'épicentre de l'épidémie mondiale, a été placée sous quarantaine depuis le 23 janvier et se retrouve pratiquement coupée du monde. Mais les effets du nouveau coronavirus sont aussi visibles à des milliers de kilomètres de là, à La Mecque et à Qom. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La Mecque, en Arabie saoudite, le 3 mars 2020. (MAXAR)

Des esplanades vides, des rues fantomatiques et des lieux saints désertés... Une série d'images satellite saisissantes révèle les effets de l'épidémie de coronavirus sur certains des sites les plus fréquentés du monde. Ces photos aériennes, publiées le 5 mars par la société américaine d'imagerie spatiale Maxar, montrent des villes normalement bondées, de La Mecque à Pékin, où la foule compacte a laissé place à quelques groupes de passants clairsemés.

>> Coronavirus : suivez l'évolution de l'épidémie de Covid-19 en France et dans le monde dans notre direct.

Une des images montre une poignée de fidèles tournant autour de la Kaaba, le lieu le plus sacré de l'islam, à La Mecque (Arabie saoudite), un site habituellement noir de monde. Les autorités saoudiennes ont suspendu temporairement le pèlerinage de la Omra ("le petit pèlerinage"), une mesure inédite pour lutter contre le nouveau coronavirus, qui a déjà tué 3 000 personnes dans le monde.

Wuhan est toujours coupée du monde

En Iran, une image au-dessus du sanctuaire Fatima Ma'sumeh à Qom montre l'un des endroits les plus sacrés du pays quasiment sans visiteurs, alors que ses célèbres dômes dorés scintillent au soleil. Les cours intérieures et les rues adjacentes sont également désertes.

Des photos aériennes de Wuhan, en Chine, montrent aussi des rues vidées de leurs traditionnels embouteillages. L'épicentre de l'épidémie mondiale a été placé sous quarantaine depuis le 23 janvier et se retrouve pratiquement coupé du monde.

A Pékin, toujours en Chine, la place Tiananmen porte bien son nom de "porte de la paix céleste", avec seulement quelques dizaines de voitures en circulation et aucun piéton à l'horizon.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.