Autorisation des autotests : "L'écouvillon devra être introduit uniquement sur trois à quatre centimètres", précise la Haute autorité de santé

Ces autotests ont vocation à être utilisés notamment pour les plus jeunes, et pour la sphère privée, avant une réunion de famille par exemple, a expliqué sur franceinfo le chef du service d'évaluation des actes professionnels à la Haute autorité de santé.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un test antigénique (illustration). (EDDY LEMAISTRE / MAXPPP)

Les autotests "fonctionnent comme les tests antigéniques que nous connaissons tous déjà, sauf que cette fois-ci, ils vont être réalisés sur prélèvement nasal", a expliqué mardi 16 mars sur franceinfo Cédric Carbonneil, chef du service d'évaluation des actes professionnels à la Haute autorité de santé, qui vient d'autoriser la réalisation des autotests pour détecter le Covid-19.

>> Covid-19 : trois questions sur les autotests, mis en vente "dès cette semaine" en France

"Au lieu d'avoir un écouvillon que vous allez devoir introduire jusqu'au fond de la fosse nasale, ce qui pouvait être effectivement très désagréable, là, on va être sur un écouvillon différent, un peu plus large, qu'il va falloir introduire uniquement sur trois ou quatre centimètres avec un mouvement de rotation au niveau des fosses nasales, a détaillé le médecin. Il faudra ensuite extraire l'écouvillon, le mettre dans un tube avec un petit liquide, mettre quelques gouttes de ce liquide sur les cassettes que vous avez vues notamment par les pharmaciens. En une petite quinzaine de minutes, on aura l'apparition des différentes bandes, une bande de contrôle pour s'assurer que le test a bien fonctionné et, si l'on est positif, une deuxième bande."

"C'est le moment de l'utiliser quand, par exemple, on doit aller voir des amis ou de la famille."

Cédric Carbonneil, la Haute autorité de santé

à franceinfo

Cédric Carbonneil explique que "cet autotest s'adressait pour l'instant aux personnes de plus de 15 ans pour des raisons anatomiques, puisque pour les enfants qui ont des narines petites, c'est un peu plus compliqué". Selon Cédric Carbonneil, "c'est une utilisation que l'on souhaite restreinte à la sphère privée. Vous avez prévu de rencontrer des amis de la famille : cet autotest pourra être fait par tout un chacun, idéalement le jour même de la réunion, éventuellement la veille". Enfin, Cédric Carbonneil a insisté sur le fait que "tout autotest positif devra être confirmé par un test PCR, ce qui permettra aussi de pouvoir caractériser le variant".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.