Annonces de Jean Castex : "Les mesures qui ont été annoncées visent à renforcer l'efficacité de celles déjà en place", estime un enseignant-chercheur

Le Premier ministre Jean Castex a hier annoncé la réduction de la durée d'isolement de quatorze à sept jours. Si la mesure s'accompagne de "contrôles", "cela peut avoir une efficacité supplémentaire", estime Pascal Crepey, enseignant-chercheur en épidémiologie.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Le Premier ministre Jean Castex le 8 septembre 2020 aux journées parlementaires du Modem. (DAVID THIERRY / MAXPPP)

Jean Castex appelle les Français au "sens des responsabilités", lors de son discours, à l'issue du Conseil de défense. Hormis la réduction de la durée d'isolement à sept jours et la création de 2 000 postes consacrés au traçage des cas contacts, le Premier ministre n'a pas fait d'annonces contraignantes. "Les mesures qui ont été annoncées visent à renforcer l'efficacité des mesures déja en place", estime sur franceinfo Pascal Crepey, enseignant-chercheur en épidémiologie et biostatistique à l’Ecole des hautes études en santé publique à Rennes. "Je pense que si rien ne s'améliore, il y en aura d'autres", poursuit-il.

"Réduire la durée d'isolement s'accompagne de contrôles, dans l'objectif de s'assurer que cet isolement est bien respecté, cela peut avoir une efficacité supplémentaire", analyse l'enseignant-chercheur. "On n'est pas dans la même situation qu'en mars, avec un nombre de reproduction beaucoup plus faibles et donc on contrôle partiellement cette épidémie."

"On sait que la phase de contagiosité va jusqu'à cinq, six jours après les symptômes. A partir du moment où on est maintenant confiants sur le fait que la très grande majorité des infections ont lieu dans cette phase, cela ne sert à rien de garder les gens confinés", ajoute Pascal Crepey.

Prioriser les tests, une "très bonne chose"

Le chercheur en épidémiologie juge la priorisation des tests pour "les personnes symptomatiques, les personnes contact et les soignants" comme "une très bonne chose". "Il faut que cette priorisation permette de gagner du temps sur les résultats des tests et c'est comme cela que l'on va réussir à rendre le système de prévention des chaînes de transmission vraiment efficace."

Pour Pascal Crepey, avec des mesures trop strictes, "il y a ce risque de bloquer le pays. Et puis, il y a surtout le risque, à mon avis encore plus important, qui est de perdre la confiance de la population. Cela serait vraiment dramatique parce que toutes les mesures qui sont mises en place, qui visent à prévenir les chaînes de transmission, reposent justement sur la bonne volonté de la population et le respect de toutes les règles."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.