Cet article date de plus d'un an.

Alpes-Maritimes : certaines plages du département pourront rouvrir à partir de ce week-end, annonce le préfet

Mais pas question de lézarder sur la plage. Seules les promenades ou la pratique sportive individuelle en mer seront autorisées.

Article rédigé par
avec France Bleu Azur - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Vue aérienne des plages de la Côte d'Azur, ici à Mandelieu près de Cannes (photo d'illustration). (VIOLAINE ILL / RADIO FRANCE)

Certaines plages des Alpes-Maritimes pourront de nouveau être accessibles à partir de ce week-end, a annoncé le préfet du département sur France Bleu Azur mardi 12 mai au matin. Bernard Gonzalez a précisé que les communes qui le souhaitent doivent en faire la demande, en constituant un dossier, comme l'a fait par exemple la mairie de Cannes.

>> Suivez notre direct sur le déconfinement

Des visites de terrain pour s'assurer des dispositifs

"L'ouverture de plages veut dire mise en place de mesures de surveillance, de distanciation, d'affichages...", a complété le préfet sur franceinfo le même jour dans l'après-midi. "Il y aura une instruction, y compris avec des visites sur le terrain, pour voir si les dispositifs sont bien adaptés à la réalité physique du terrain et je prendrai les décisions en fin de semaine.", a-t-il précisé. "Nous avons une ambition partagée qui est celle de la réouverture des plages pour le week-end prochain", a assuré le préfet sur franceinfo.

Pas de séances bronzage autorisées

Le préfet des Alpes-Maritimes a posé des conditions valables "dans un premier temps" : l'accès aux plages sera réservé à une utilisation "dynamique", c'est-à-dire pour un usage de promenade ou d'accès à la mer pour les pratiques sportives individuelles. "Mais il ne s'agit pas d'envisager une utilisation traditionnelle de la plage, avec bronzing, pique-nique et autres", avait-t-il prévenu sur France Bleu Azur.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.