Absent à cause du Covid-19, un salarié de Monoprix privé d'une partie de sa prime : "aucun message, aucun coup de fil, ça fait mal"

Zouhir Zerrouki, salarié de l'enseigne depuis 19 ans, a appris qu'il ne toucherait pas la totalité de la prime de 1000 euros promise par son employeur aux salariés qui ont travaillé pendant l'épidémie.

Des chariots de l\'enseigne Monoprix (illustration). 
Des chariots de l'enseigne Monoprix (illustration).  (SEBASTIEN JARRY / MAXPPP)

Salarié du magasin Monoprix "Les Passages" de Boulogne-Billancourt depuis son ouverture il y a 19 ans, Zouhir Zerrouki a dû être hospitalisé début avril. Atteint du Covid-19, il a passé deux semaines à l'hôpital, où il a eu la mauvaise surprise d'apprendre qu'il ne toucherait pas la totalité de la prime de 1000 euros promise par son employeur aux salariés qui ont travaillé pendant l'épidémie de coronavirus. "Ça fait mal", témoigne-t-il à franceinfo "des gens ont pris le risque d'aller travailler et voilà la récompense de Monoprix."

J'ai pris un risque pour moi et ma famille et voilà le résultat.Zouhir Zerrouki, salarié du magasin Monoprix "Les Passages"à franceinfo

Contactée par franceinfo, l'entreprise affirme avoir choisi le critère qui lui semblait le plus équitable afin d'attribuer cette prime : le prorata de la présence en magasin durant la crise. Aucun dispositif particulier n'est prévu pour le moment pour ce salarié, car l'entreprise déclare ne pas vouloir discriminer l'attribution de la prime en fonction du critère d'absence. De son côté le salarié affirme n'avoir reçu "aucun message, aucun coup de fil" de la part de son employeur. De son côté, Monoprix assure qu'il a bien été contacté directement par la direction et affirme posséder des traces de ces échanges.