Cancer du sein : un nouveau traitement disponible en France pour "gagner des mois de vie"

Cette nouvelle thérapie est un traitement par anticorps conjugué à une chimiothérapie, fabriqué par le laboratoire américain Gilead.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une consultation pour dépister le cancer du sein. (AFP)

Une nouvelle arme dans la lutte contre le cancer. Des centaines de femmes atteintes d'un cancer du sein très agressif auront accès en France dès le mois prochain à un traitement innovant qui allonge la durée de survie de plusieurs mois. Cette nouvelle thérapie est un traitement par anticorps conjugué à une chimiothérapie, fabriqué par le laboratoire américain Gilead, qui s'adresse aux femmes "en échec thérapeutique" après avoir déjà reçu deux autres traitements.

Si on pense communément que le cancer du sein se soigne bien désormais, ce n'est pas le cas du cancer dit "triple négatif", qui touche environ 15% des patientes, soit 9 000 nouveaux cas par an. Les risques de récidives sont élevés : 30% dans les trois ans qui suivent le diagnostic. En cas de récidive avec métastases, le pronostic de ce cancer ne s'est pas amélioré au cours des vingt dernières années, faute de thérapies efficaces, avec un taux de survie à cinq ans de 11,3%.

"C'est un vrai progrès"

Aude Le Roux, 35 ans, est dans ce cas. Son cancer "triple négatif", détecté en mars 2020, a métastasé. Maman d'un petit garçon de 3 ans, qu'elle "aimerait voir grandir", elle sait que les mois lui sont désormais comptés. Seul espoir concret pour le moment : l'accès prochain en France à un nouveau traitement, le Trodelvy : "Ce n'est pas le traitement miracle mais cela va permettre de gagner des mois de vie", avance-t-elle.

"C'est un vrai progrès, on n'avait jamais eu d'aussi bons résultats dans cette situation pour le cancer du sein triple négatif métastatique", assure à l'AFP Delphine Loirat, oncologue médicale à l'Institut Curie et investigatrice principale de l'étude Ascent, qui a évalué cette thérapie.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Maladie

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.