Cet article date de plus de huit ans.

34 millions de personnes touchées en 2010 par le virus du SIDA

Le nombre de personnes vivant avec le VIH était de 34 millions dans le monde en 2010. La progression par rapport à l'année précédente est de 3.3%. Elle s'explique par un meilleur accès aux soins un peu partout sur la planète. Conséquence, le nombre de décès liés à la maladie diminue.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Nathanael Charbonnier Radio France)

L'Onusida vient de rendre son rapport 2011 sur le SIDA dans le monde. Un rapport complexe qui montre qu'il n'y a jamais eu autant de personnes touchées par la maladie avec ce chiffre record de 34 millions de séropositifs recensés en 2010. Le virus du SIDA a infecté 2,7 millions d'individus supplémentaires en un an. On estime encore que 1,8 million de malades sont décédés à cause du VIH. Enfin, parmi la longue liste de données rendues publiques par l'Onusida, l'organisme chargé du sujet pour les Nations Unies, on recense 390.000 enfants nés l'année dernière avec le virus.

C'est l'un des paradoxes des statistiques. Si le nombre de personnes atteintes par la maladie augmente autant, c'est à cause des traitements et d'un plus grand accès aux soins. Pour preuve, le nombre de malades nouvellement infectés qui reste de 2,7 millions dans le monde baisse de 15%. Tout comme le nombre de décès qui se stabilise avec 1,8 million l'année dernière.

L'Afrique toujours en tête des régions du monde les plus touchées

Le chiffre est sans appel. Sur les 34 millions de personnes malades dans le monde, près de 23 millions habitent en Afrique subsaharienne. L'ASIE du Sud malgré ses 4 millions de cas recencés arrive largement après. Tout comme l'Amérique du Sud, l'Amérique du Nord et l'Europe qui comptent un nombre de malades allant de 1,5 million de personnes à 840.000. C'est le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord qui sont les moins touchés avec 470.000 malades comptabilisés.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.