Changement de formule du Levothyrox : Merck condamné en appel à verser 1 000 euros à plus de 3 000 plaignants

La cour d'appel de Lyon a reconnu que le fabricant avait commis "une faute" au moment du changement de formule de son traitement, en 2017.

Image d\'illustration de boîtes de Levothyrox, en décembre 2018.
Image d'illustration de boîtes de Levothyrox, en décembre 2018. (CHRISTIAN BOHMER / DPA / AFP)

La cour d'appel de Lyon a reconnu que Merck avait commis "une faute" au moment du changement de formule de son traitement Levothyrox et a condamné le laboratoire pharmaceutique à verser 1 000 euros à chacun des plaignants, a annoncé leur avocat Christophe Lèguevaques, jeudi 25 juin. L'instance d'appel "a déclaré recevable l'appel des parties civiles et (...) a retenu que la société Merck avait commis une faute. La cour considère qu'il y a eu un préjudice moral subi par toutes les parties", a précisé l'avocat à la presse.

En première instance, les plaignants avaient été déboutés, les juges lyonnais écartant toute faute de Merck dans le lancement du nouveau Levothyrox en 2017. Convaincus, au contraire, que le groupe pharmaceutique les a mal informés sur son produit, 3 329 patients souffrant d'effets secondaires avaient fait appel – environ 800 ont abandonné la procédure – et réclamaient 10 000 euros d'indemnités chacun, soit 33 millions au total.

Au-delà du volet civil, cette affaire est par ailleurs instruite au pénal par le pôle santé du tribunal de Marseille.