Cet article date de plus de six ans.

Les produits enrichis en phytostérols pas vraiment efficaces ?

L'Anses conclut dans un avis rendu mercredi que les aliments enrichis en phytostérols ne permettent pas de prévenir les maladies cardiovasculaires, contrairement à ce que prétendent certains groupes de l'agroalimentaire.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (Des margarines, des produits laitiers frais et des sauces sont enrichis en phytostérol © Maxppp)

Voilà qui va faire grincer des dents certains industriels de l'agroalimentaire. L'Anses, l'Agence de sécurité sanitaire de l'alimentation, a conclu dans un avis rendu mercredi que les aliments enrichis en phytostérols ne permettent pas de prévenir les maladies cardiovasculaires. On trouve en effet dans les rayons des grandes surfaces des margarines, des produits laitiers frais et des sauces enrichies en phytostérol. Leur consommation est censée abaisser le cholestérol et donc lutter contre les maladies cardiovasculaires. Mais ce n'est pas si simple...

En effet, les phytostérols sont des composés présents dans certaines plantes. Des études ont effectivement montré qu'ils réduisaient le cholésterol et en particulier ce que l'on appelle le mauvais cholestérol. Mais l'Anses insiste sur deux points : d'abord chez environ 30 % des consommateurs, la consommation de yaourt ou de laitage enrichis en phytostérols n'induit pas de baisse du cholestérol. Ensuite, ces phytostérols présentent un inconvénient : ils diminuent l'assimilation de bêta-carotène qui est une vitamine qui, justement, prévient les maladies cardiovasculaires.

L'UFC-Que Choisir demande de revoir l'autorisation de ces produits 

En conclusion, l'agence recommande que les enfants et les femmes enceintes ou celles qui allaitent ne consomment pas de produits enrichis en phytostérols. Elle conseille aux personnes qui consomment ces produits enrichis de compenser la baisse de bêta-carotène en mangeant des produits qui en contiennent du type abricot, melon, carotte ou tomate. Enfin, l'Agence conseille aux personnes qui ont des problèmes de cholestérol de consulter un médecin qui proposera une solution adaptée à chaque personne.

Réagissant à cet avis, l'association de consommateurs UFC-Que choisir demande aux autorités françaises et européennes de réexaminer l'autorisation de commercialisation de ces produits.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.