Cet article date de plus d'onze ans.

Les infirmières hospitalières bénéficieront pour certaines d'une dérogation pour partir à 60 ans au lieu de 62 ans

Elles faisaient partie des catégories de la fonction publique pouvant partir en retraite à 55 ans. Avec la nouvelle loi, elles devront choisir entre un meilleur salaire avec un départ à l'âge légal (actuellement 60 ans) ou un moins bon si elles partent à 55 ans.Or, la réforme des retraites à venir prévoit de repousser l'âge légal de départ à 62 ans
Article rédigé par
France Télévisions
Publié
Temps de lecture : 1 min.
 (Comstock Images (getty Images))

Elles faisaient partie des catégories de la fonction publique pouvant partir en retraite à 55 ans. Avec la nouvelle loi, elles devront choisir entre un meilleur salaire avec un départ à l'âge légal (actuellement 60 ans) ou un moins bon si elles partent à 55 ans.

Or, la réforme des retraites à venir prévoit de repousser l'âge légal de départ à 62 ans

La loi sur le dialogue social dans la Fonction publique, qui devrait être définitivement adoptée la semaine prochaine par l'Assemblée et le Sénat, a prévu une disposition très controversée, qui modifie le régime de retraite des quelque 270.000 personnels infirmiers de l'hôpital public, essentiellement féminin.

Mais "pour ne pas appliquer les règles de façon trop brutale" aux infirmières qui auront fait le choix de s'aligner sur l'âge légal, leur âge de départ restera à "60 ans et pas 60 ans plus 2 ans", a expliqué le 16 juin le secrétaire d'Etat Georges Tron. Les nouvelles infirmières n'auront, elles, pas le choix: les nouvelles règles de départ à 62 ans s'appliqueront pour elles.

Quant à celles qui auront fait le choix de rester en catégories actives pour pouvoir partir en retraite anticipée, elle ne pourront le faire qu'à 57 ans (et non plus à 55 ans), puisque la réforme des retraites prévoit de repousser de deux ans toutes les limites d'âges actuelles.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Santé

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.