Le témognage d'un dyspraxique

Demain, samedi 10 octobre est la journée nationale des DYS ; dyslexique, dyspraxique... Une équipe de France 3 est partie à la rencontre d'Alexandre, dyspraxique.

En 2007, Alexandre à huit ans. Ses tests chez les rééducateurs démontrent une dyspraxie sévère, une grande difficulté à effectuer un geste simple là où d'autres enfants le font automatiquement. Aujourd'hui, Alexandre a 15 ans. Il fait toujours des bilans psychomoteurs.

Un travail de longue haleine

Des années de rééducation lui ont permis d'améliorer la coordination de ses mouvements, mais rien n'a faire, son handicap est toujours là. Dès le primaire, Alexandre a donc bénéficié d'aménagements spécifiques, notamment l'utilisation d'un ordinateur. Une différence qui en classe était plus ou moins bien vécue. En plus de la dyspraxie, on a aussi diagnostiqué chez Alexandre un trouble de l'attention et QI supérieur à la moyenne, des troubles de l'apprentissage qui demandent à ses parents de réadapter régulièrement les aménagements scolaires, un travail de longue haleine. Alexandre est en seconde et malgré sa dyspraxie, il a une bonne scolarité et des copains, comme tout le monde.

Le JT
Les autres sujets du JT