Médecins du monde lance une campagne choc contre le prix excessif des médicaments

Cette campagne de l'association ne sera jamais affichée : aucun diffuseur n'a voulu  prendre le risque de choquer les laboratoires pharmaceutiques.

Capture d\'écran de la campagne de Médecins du monde contre les prix excessifs des médicaments, mise en ligne le 13 juin 2016.
Capture d'écran de la campagne de Médecins du monde contre les prix excessifs des médicaments, mise en ligne le 13 juin 2016. (MEDECINS DU MONDE)

"Chaque année en France, le cancer rapporte 2,4 millards d'euros." L'association Médecins du monde lance une campagne coup de poing contre les prix excessifs de certains médicaments, lundi 13 juin. Une pétition, intitulée "Le prix de la vie", a également été mise en ligne pour faire pression sur l'Etat afin qu'il régule davantage le coût des traitements.

"L'Etat ayant failli à sa mission de régulation des prix, nous avons deux armes : le juridique et l'opinion publique", explique Olivier Maguet, délégué au plan stratégique chez Médecins du monde, au ParisienLe prix des médicaments est évalué à 28 milliards d'euros par an en France, un coût qui menace notre système de santé.

La campagne ne sera pas diffusée

"Nous avons assisté à une rupture dans les pratiques des laboratoires, qui facturent non plus sur la base du coût, mais selon la solvabilité des Etats", insiste Olivier Maguet. La France a ainsi accepté de payer 41 000 euros pour la cure de Sovaldi, un médicament contre l'hépatite C, "alors que le coût de fabrication ne dépasse pas les 90 euros", selon Médecins du monde.

"Dans l'industrie en général, la marge brute moyenne est de 7,5%. Dans les laboratoires, elle est de 15% ! rapporte Médecins du monde, qui pointe du doigt plusieurs autres traitements. Et, pendant ce temps, l'Europe commence à rationner ses malades."

La campagne d'affichage de Médecins du monde ne sera toutefois pas exposée dans les rues françaises, indiquent Les Inrocks. Aucun diffuseur n'a accepté de la relayer, après une recommandation de l'Autorité professionnelle de régulation de la publicité, qui met en garde contre "le risque de réactions négatives" des laboratoires pharmaceutiques. "Cette campagne a été interdite. N'est-ce pas plutôt le profit indécent qui devrait être interdit ?" réagit Médecins du monde sur Twitter.