L'Institut de veille sanitaire organise un recensement de tous les Français présents au Japon après le séisme du 11 mars

L'Invs voudrait ainsi conduire un éventuel suivi médico-psychologique, voire mener des investigations épidémiologiques.Sur son site, l'Institut propose un auto-questionnaire de recensement concernant chaque Français ayant séjourné sur le territoire japonais depuis le 11 mars, "quelle que soit la durée de son séjour".

Arrivée à l\'aéroport de Roissy, 5 jours après le séisme, le 16 mars 2011, de familles françaises vivant au Japon.
Arrivée à l'aéroport de Roissy, 5 jours après le séisme, le 16 mars 2011, de familles françaises vivant au Japon. (AFP/LIONEL BONAVENTURE)

L' Invs voudrait ainsi conduire un éventuel suivi médico-psychologique, voire mener des investigations épidémiologiques.

Sur son site, l'Institut propose un auto-questionnaire de recensement concernant chaque Français ayant séjourné sur le territoire japonais depuis le 11 mars, "quelle que soit la durée de son séjour".

Il pourrait permettre de recontacter les personnes concernées "dans le cas où un suivi sanitaire ou des études épidémiologiques portant sur les conséquences du séisme seraient lancées".

Le questionnaire veut suivre chaque Français du Japon en enregistrant ses déplacements depuis le séisme: dans quel endroit il s'est trouvé et pendant combien de temps. Il interroge aussi sur les mesures de protection éventuellement prises, telles que confinement ou comprimés d'iode.

Quelque 9.000 Français se trouvaient au Japon au moment du tremblement de terre et de l'accident nucléaire majeur qui a suivi, dont plusieurs centaines dans la région de Sendai, la plus touchée.