L'ibuprofène, pris trop fréquemment et à dose élevée, peut être dangereux pour le système reproducteur des hommes

L'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) a publié, lundi, une étude révélant que l'ibuprofène peut être pour le système reproducteur des hommes en cas de prise régulière et à dose assez élevée.

Des comprimés d\'ibuprofène, le 10 mars 2017. (Photo d\'illustration)
Des comprimés d'ibuprofène, le 10 mars 2017. (Photo d'illustration) (MAXPPP)

Au terme d'une étude, publiée lundi 8 janvier, portant sur 31 hommes sportifs volontaires âgés de 18 à 35 ans, l'Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) a conclu que l'ibuprofène, pris régulièrement et à dose assez élevée, peut être dangereux pour le système reproducteur des hommes. La moitié de cet échantillon a pris de l’ibuprofène.

L'étude montre qu'une prise prolongée d'ibuprofène à des doses importantes perturbe la production de plusieurs hormones, dont la testostérone. Chez de jeunes hommes sportifs, cette prise soutenue d’ibuprofène (1 200 mg/jour pendant six semaines) induit un déséquilibre hormonal habituellement rencontré chez environ 10% des hommes âgés. Elle est appelée hypogonadisme compensé. Cet état est généralement associé à des risques accrus pour la santé reproductive, comme pour la santé en général.

De nombreux impacts sur la santé

Pour Bernard Jégou, directeur de recherche à l’Inserm et coordinateur de cette étude, les conclusions sont à prendre au sérieux : "Il existe des sous-populations d’hommes qui prennent de façon continue de l’ibuprofène, notamment des hommes ne souffrant d’aucune maladie chronique comme des athlètes de haut niveau." Selon Bernard Jégou, "le risque est d’accroître les risques déjà liés à ce médicament, mais aussi d’altérer leur condition physique, muscles et os, d’hypothéquer leur santé reproductive et même psychologique".

Une étude précédente publiée en mars 2017 avait déjà montré que la prise d'ibuprofène chez les femmes enceintes, particulièrement au cours du premier trimestre de grossesse, pouvait perturber le développement de l'appareil génital et reproducteur de l'enfant. Médicament vendu sans ordonnance, l'ibuprofène est un des médicaments les plus consommés dans la population.