Cet article date de plus de dix ans.

L'aspirine réduirait le taux de cancer colorectal chez les sujets à haut risque

Une étude publiée dans la revue britannique The Lancet montre que la moitié de ces personnes ayant pris de l'aspirine sur une longue période n'ont pas développé ce cancer.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
L'aspirine, ou acide acétylsalicylique, est un analgésique et anti-inflammatoire utilisé couramment pour faire baisser la fièvre ou contre les maux de tête. (HEIKO WIESBADEN / AFP)

L'aspirine serait bénéfique pour lutter contre le cancer colorectal. Selon une étude publiée vendredi 28 octobre dans la revue britannique The Lancet, prendre ce médicament sur le long terme réduirait l'incidence de cette maladie chez les personnes à très haut risque. Cette baisse concerne plus de la moitié des 861 patients atteints du syndrome de Lynch observés pour cette étude. Un syndrome génétique rare qui rend ce cancer héréditaire, mais ne concerne que 3 % de tous les cancers colorectaux.

Sur ces participants, la moitié a pris 600 mg d'aspirine par jour pendant au moins deux ans, l'autre moitié un placebo (produit inactif). La première analyse des données en 2007 n'a pas montré de différences entre les deux groupes. Mais en 2010, il y avait 34 cas de cancer colorectal dans le groupe placebo contre 19 dans le groupe aspirine, soit une réduction de 44 % de l'incidence de ce cancer.

Selon la revue scientifique, l'effet commence à être visible cinq ans après le début de la prise d'aspirine. Mais des études complémentaires sont nécessaires pour déterminer la dose optimale d'aspirine et la durée du traitement, selon le PJohn Burn et ses collègues de l'université de Newcastle (Royaume-Uni), auteurs de l'étude.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Santé

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.