Cet article date de plus de six ans.

Imagine : un institut au service des enfants et de l’efficacité

L'Institut "Imagine", pensé il y a quinze ans, a été inauguré ce mercredi sur le site de l’hôpital Necker à Paris. Il devient le plus grand pôle européen, dédié à la recherche et aux soins des maladies génétiques, des enfants et des jeunes adultes.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
 (L'institut Imagine, inauguré ce mercredi à Paris, architectes J.Nouvel et B.Valéro © Radio France)

Moins de perte de temps, davantage de communication et d’échanges, l’institut Imagine regroupe plus de 400 chercheurs, une vingtaine de laboratoires et des centaines de professionnels de la santé. Tous travaillent en contact direct avec les jeunes patients et leurs familles. L’objectif est d’accélérer les programmes de recherche, afin de favoriser de nouveaux traitements.

 

L’institut Imagine permet de répondre à la prise en charge des malades, enfants et jeunes adultes, en ayant sous la main le nec plus ultra de la technologie et les laboratoires. Selon son directeur, le professeur Alain Fischer, "la présence des médecins et des chercheurs qui travaillent dans un même groupe permet d’être plus efficace" .

Il dispose de médecins experts auxquels les enfants sont envoyés de toute la France, pour des maladies touchant le sang, le rein ou encore les intestins et la peau. L'institut a des capacités d'expertise dans sept grands domaines des maladies génétiques.

►►►A écouter, le reportage de Bruno Rougier :

L'institut Imagine, au service des enfants : Bruno Rougier
--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !

L'institut Imagine présente un budget annuel global de 40 millions d’euros pour l'ensemble des activités, salaires et équipements compris, avec un financement essentiellement public. Mais le pôle dédié aux maladies génétiques des plus jeunes, souhaite se renforcer notamment dans le domaine des cellules souches et des neurosciences. Son directeur estime les besoins financiers supplémentaires entre 5 et 6 millions par an, d’où un appel aux dons lancé sur le site internet de l’institut.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.